Pourquoi personne ne connait les chiffres de ventes de l’iPad en France

|

C’est une question récurrente que se posent ses concurrents. « Ok Apple a réussi son lancement aux Etats-Unis mais qu’en est-il de la France ? » Hormis Apple, personne ne le sait. Pourtant, ces chiffres existent puisque la société GfK collecte auprès de l’ensemble des revendeurs (Fnac, Carrefour, Darty et autres…) les ventes hebdomadaires de la tablette. « Mais ils ne nous communiquent pas en retour les chiffres globaux de ventes d’iPad en France car c’est la Fnac qui fait le gros de ces ventes, déplore un distributeur. Avoir les chiffres de ventes en France correspondrait à avoir les chiffres de vente de la Fnac. » Or, GfK ne peut communiquer aux distributeurs les chiffres d'une enseigne concurrente. Pas de données précises donc. Néanmoins, il semblerait que la France ne partage pas l’engouement des Etats-Unis pour la tablette tactile. L’Hexagone, historiquement le premier pays de la marque à la pomme en Europe, aurait même perdu son statut au profit de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne. « Les ventes d’iPad seraient plus faibles en France que dans les autres grands pays d’Europe parce qu’ici la marque est trop dépendante de la Fnac », estime une autre source dans la distribution. Apple en est conscient et tente d’y remédier. En multipliant les ouvertures d’Apple stores depuis quelques mois (le quatrième a ouvert fin août à Saint-Laurent-du-Var avant un cinquième au centre commercial Velizy 2 d’ici fin septembre). Mais aussi via une nouvelle organisation interne. L’ancien directeur commercial d’Apple France, Stéphane Thirion, vient d’être nommé « country chair » et devrait « piloter l’expansion » [de la marque] auprès des partenaires retailers » explique-t-il dans un mail envoyé jeudi 16 septembre à la distribution. Le nouveau « country chair » aura aussi pour mission de muscler les activités BtoB, éducation et telco du groupe. Bref d’accroitre la visibilité d’Apple dans les points de vente concurrents de la Fnac. Alors que le concurrent Samsung, très présent dans la distribution, a enfin réussi à s’imposer sur le marché des smartphones (en volume), Apple appréhende déjà la sortie de son « iPad killer », la Galaxy tab, en octobre. Le groupe coréen négocie actuellement avec les opérateurs pour faire subventionner sa tablette tactile (proposée hors abonnement à 699 euros) afin de bénéficier de leur force de frappe. Une stratégie de « volume » longtemps écartée par Apple qui préférait, jusqu'à présent, se concentrer sur une distribution sélective. Peut-être plus pour longtemps.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter