Premier baromètre de l’ « omniretail » : le magasin reste plébiscité, la tablette et le drive s’envolent

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

ETUDE La démultiplication des canaux de vente, ou « omniretail », ne nuit pas au magasin qui reste, au contraire, au cœur de la vie quotidienne des Français. En parallèle, les achats s’envolent sur les nouveaux canaux du drive et de la tablette. Tels sont les principaux constats du premier « baromètre de l’omniretail », réalisé par le groupe de communication CA Com, en partenariat avec Ipsos.

Le drive a modifié les comportements d'achats. La tablette s'apprête à le faire, tout comme, probablement, la télé connectée.
Le drive a modifié les comportements d'achats. La tablette s'apprête à le faire, tout comme, probablement, la télé connectée.

Le magasin reste le principal point de contact entre une enseigne ou une marque et ses clients, alors même que les canaux de commerce se démultiplient. 80% des Français continuent en effet de fréquenter les magasins au moins une fois par semaine. C’est l’un des principaux constats du premier baromètre de l’ « omniretail », dévoilé par le groupe de communication CA Com, qui s’appuie sur une étude Ipsos de février, portant sur les habitudes d’achat des Français. Même si le e-commerce se porte bien (16% des Français achètent sur Internet chaque semaine), les magasins en dur restent donc au cœur de la vie des Français. Néanmoins, les consommateurs commencent aussi à prendre leurs aises sur de nouveaux canaux, relève l’étude. Plus précisément, les Français confient fréquenter en moyenne 4,7 types de points d’achats par an. Avec des préférences marquées, toutefois. Le drive d’abord, cette spécificité française, tire bien son épingle du jeu. Alors que le nombre de drive progresse mais que le territoire n’est pas encore totalement couvert, 10% des Français ont tout de même utilisé le « commandé – emporté » au cours des 12 derniers mois. Autre point d’achat plébiscité : la tablette. Les achats sur ce nouveau support s’envolent : 25% des possesseurs d’iPad et autres y ont en effet effectué un achat sur les 12 derniers mois. L’achat sur smartphone, en revanche, piétine : seuls 6% des sondés y recourent.

D’un point de vue prospectif, à noter que 9% des internautes se déclarent intéressés par l’achat à partir d’une télé connectée, une technologie sur laquelle phosphorent déjà certains distributeurs. « Cela laisse présager de fortes évolutions dans les comportements d’achats des Français dans les mois et les années à venir », analyse t-on chez CA Com. Avec une réserve toutefois : l’étude pointe une fracture déjà apparente dans la population des consommateurs. Les populations urbaines, actives et jeunes, largement équipées en technologie, multiplient ainsi les expériences d’achat, alors que les populations plus âgées et de province, également moins équipées, favorisent les magasins physiques. Pas très surprenant, donc.

Que faut-il en tirer comme enseignements pour les distributeurs ? Pour Rodolphe Bonnasse, directeur général de CA Com, « au-delà des chiffres, cette étude démontre que le métier de commerçant est de plus en plus complexe et nécessite d’avoir une palette de compétences de plus en plus étendue. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA