Premier bilan 2013 des autorisations d’ouvertures

|

BILAN Pour la première fois, LSA Expert publie le classement des enseignes selon le nombrede mètres carrés obtenus en CDAC et CNAC. Les indépendants cherchent à conforterleur part de marché en alimentaire. Chez les spécialistes, il y a encore besoin d’équipements, auxquels Leroy Merlin, Intersport et Bricomarché répondent en premier lieu.

La France est-elle déjà assez équipée en hypers, supers et magasins spécialisés Ou la crise impose-t-elle de réduire les investissements En tout cas, le nombre de mètres carrés autorisés par les commissions départementales d’aménagement commercial (CDAC) ou, en cas de recours, par la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC), reste dans les basses eaux de 2012. Rien à voir avec les millions de mètres carrés consentis sous la précédente législature, grâce notamment à un haut fonctionnaire qui, via une circulaire, avait ouvert les vannes des autorisations.

La création, le transfert ou l’extension de magasins, selon la banque de données LSA Expert, ont concerné 1,2 million de mètres carrés de commerces, l’an dernier. Le secteur gagnant reste celui des enseignes spécialisées (bricolage, jardinage, jouet et sport...) avec plus de 6500 000 m2 ; l’alimentaire, à travers les hypers, supers et discounters, affichant plus de 500 000 m2 supplémentaires. À noter que ces chiffres ne tiennent pas compte des magasins de moins de 1 000 m2 qui ne sont plus soumis à autorisation d’ouverture depuis la LME de 2008.  

Mais autorisation d’ouverture ne veut pas dire que le magasin ait ouvert. Les demandes sont, certes, importantes, mais en retrait des premières années de la précédente législature, puisque le nombre des implantations se situait aux alentours de 3,5 millions de mètres carrés, en comptant les magasins de plus de 300 m2, alors soumis à autorisation. Mais l’an prochain, le chiffre pourrait être amené à rebondir, avec la loi Duflot sur les drives, qui les soumet à autorisation dès le premier mètre carré !

 

Intermarché et E. Leclerc mènent la danse

Autre enseignement de l’étude de LSA Expert : l’approche départementale. Le nombre de mètres carrés autorisés semble suivre la migration des populations vers les grandes métropoles. Autour du Grand Paris, par exemple, l’Oise est le premier département pour les autorisations de grandes surfaces alimentaires, tandis que, proche de Lille, le Pas-de-Calais est le premier en autorisations pour les grandes surfaces spécialisées.

Enfin, il y a le classement des « porteurs de projet ». En alimentaire, ce sont les indépendants qui mènent la danse, Leclerc, Intermarché et Système U. Le premier affiche 125 000 m2 pour 2013, en hausse de 17% quand le total baisse d’autant. E. Leclerc est aussi à l’offensive, mais son volume d’obtention d’autorisations a un peu baissé par rapport à 2012. Quant à ­Système U, il réduit la voilure. « Nous ouvrirons 40 000 m2 en 2014, contre 91 000 en 2013. On réduit nos ambitions, c’est la crise, nous sommes entrés en déflation », déclarait Serge Papin. Le patron du réseau d’indépendants évoquait un « marché pourri », peu propice à l’investissement. Et, encore une fois, l’ouverture des drives ou magasins de proximité, qui ne nécessitent pas d’autorisation tant que la loi n’est pas votée pour les drives, peut masquer la croissance réelle.

Dans le classement, il faut noter l’irruption surprise de Lidl, avec 300% de croissance, alors que tous les chiffres montrent que le modèle du hard-discount est à la dérive. C’est la seule enseigne du secteur à investir en création ou en extension de magasins. L’allemande a-t-elle trouvé la martingale Va-t-elle bénéficier de l’effet de taille À suivre.

 

Les groupes intégrés moins demandeurs

Les groupes intégrés paraissent « à la ramasse ». Auchan, avec Atac, Carrefour, Cora, Casino préemptent de moins en moins d’autorisations. La crise chez Auchan, le manque de dynamique chez Cora et les arbitrages à l’euro investi entre la France et les pays émergents chez Casino expliquent peut-être la faible intensité d’investissement. Carrefour, lui, vient d’acquérir 2,8 millions de mètres carrés en Europe, dont une bonne moitié en France, auprès de Klépierre – soit près de trois fois ce que la totalité des enseignes ont obtenu en CDAC ! Or, le rachat de mètres carrés existants ne figure pas dans les données de LSA Expert...

Du côté des spécialisées, c’est dans le bricolage que les enseignes investissent le plus. Leroy Merlin en tête, qui bataille avec Bricomarché dans une lutte à la part de marché. Les plus gros projets d’un seul tenant autorisés dans l’année l’ont été pour Leroy Merlin, mais la plus forte croissance (23%) revient à Bricomarché. Pour les grandes enseignes, le bricolage est devenu le deuxième secteur le plus stratégique après l’alimentaire, qui génère les chiffres d’affaires les plus élevés.

Mais pourtant, la crise sévit : Castorama, Brico Leclerc, Mr.Bricolage, Bricorama décrochent littéralement en matière de mètres carrés. Et le volume global en mètres carrés chute de 14%.

C’est peut-être le début d’une consolidation dans le secteur. Très nombreux, les acteurs se livrent à une guerre acharnée. On pourrait peut-être assister à ce qui se passe dans le meuble ou l’électroménager. Tout l’équipement de la maison est touché. « Année après année, la tendance est à l’érosion du nombre d’établissements, accompagnée par une augmentation globale des surfaces. Mais, en 2013, il n’y a pas eu de créations de mètres carrés », confiait récemment à LSA Jean-Charles Vogley, directeur général de la Fédération du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison. À noter qu’Alinéa, dans notre classement, a doublé Ikea, dont le volume d’autorisations chute de moitié. 

Enfin, dans le sport, Intersport et Decathlon se battent pour le leadership, et c’est le premier qui a gagné en 2013, tandis que Sport 2000 et Go Sport ne participent plus à la course.

Dans le jardin, Truffaut – groupe Cora – n’a gagné qu’un 2 000 m2, en recul de 65% en 2013. C’est Gamm vert qui prend la tête, en cherchant des implantations nouvelles auprès des grandes villes. Et comme la filiale d’In Vivo n’a pas réussi à mettre la main sur Jardiland, il faut aller au charbon pour trouver des espaces…

Sylvain Aubril

Autorisations, ce que disentles chiffres surles enseignes

  • 2013 est un petit millésime pour les autorisations de m2en alimentaire
  • E. Leclerc, Intermarché et Système U ont le plus grand nombre d’autorisations, quand les intégrés semblent avoir lâché prise
  • Le bricolage est le secteur qui conserve la meilleure dynamique, avec une bataille Leroy Merlin vs Bricomarché
  • Le meuble et l’électroménager sont en panne de croissance

Les indépendants en toute première ligne

Parc de m2 autorisés en 2013 des enseignes alimentaires (hypers, supers et hard-discount)

Intermarché est la seule enseigne à avoir obtenu plus de 100 000 m2, et elle accentue la conquête pour ses projets. Lidl, discrètement, se renforce. Casino et Carrefour sont moins présentes sur ce front, probablement parce qu’elles peuvent arbitrer avec l’international.

Leroy Merlin, en tête de l’offensive

Parc de m2 autorisés en 2013 des enseignes de bricolage

Le secteur du bricolage – qui, en réalité, se fond de plus en plus avec la décoration – est devenu aussi stratégique que l’alimentaire. Depuis plusieurs années, Leroy Merlin se développe à tour de bras, et les Mousquetaires, avec Bricomarché, cherchent à suivre la cadence.

Alinéa double Ikea

Parc de m2 autorisés en 2013 des enseignes de meuble

Petit millésime pour le meuble, en crise comme de nombreux spécialistes, concurrencé à la fois par internet et le secteur bricodéco… Du coup, Alinéa apparaît dynamique, au point de doubler Ikea pour les m2. Mais de grands noms, comme Conforama, sont absents.

Panne de croissance pour l’électro

Parc de m2 autorisés en 2013 des enseignes d’électroménager

L’électroménager traverse une forte crise, et internet taille dans le vif. Pas de nouveaux mètres carrés pour Boulanger et la Fnac. Du coup, c’est But qui tient la – très petite – forme.

Contenir Decathlon…

Parc de m2 autorisés en 2013 des enseignes de sport

Intersport et Decathlon semblent vouloir se partager le marché du sport, et c’est le challenger qui a doublé, cette année, le leader, concernant l’obtention de m2. Leclerc paraît avoir momentanément jeté l’éponge.

Gamm Vert à l’assaut des villes

Parc de m2 autorisés en 2013 des enseignes de jardinage

On savait que la filiale d’In Vivo cherchait à croître, surtout aux abords des villes moyennes et grandes. LSA Expert en apporte la preuve ici. Mais le secteur ne va pas si bien, d’où le zéro croissance de Truffaut et l’absence de Jardiland.

Nourrir les grand es métropoles

Nombre de m2 obtenu par les enseignes alimentaires - HM+SM+HD - (en haut) et les spécialistes – bricolage, discount, électrodomestique, jardinerie, jouet, meuble et sport – (en bas) par département

L’Oise est le département qui attribue le plus grand nombre de m2, en raison de sa situation géographique au ras de l’Ile-de- France. Idem pour le Nord avec Lille, et les Bouchesdu- Rhône avec Marseille. Les métropoles grossissent, et il faut les nourrir…

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2307

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous