Première prometteuse pour le paiement biométrique

|

Auchan, Décathlon, Leroy Merlin et Flunch testent, en partenariat avec quatre banques, l'authentification et le paiement biométriques à Villeneuve-d'Ascq et à La Couronne d'Angoulême. Une innovation qui semble très prometteuse.

Capabro s'est associé à la banque Caixa pour proposer, dans 343 de ses supermarchés, le paiement par carte NFC.
Capabro s'est associé à la banque Caixa pour proposer, dans 343 de ses supermarchés, le paiement par carte NFC. © DR

C'est à un voyage vers le futur digne des meilleurs films de science-fiction que sont conviés depuis quelques semaines 1 500 clients d'Auchan, Décathlon, Leroy Merlin et Flunch. Voyage qui pourrait représenter une minirévolution pour le commerce, en changeant radicalement les modalités de paiement et le passage en caisse. Car les quatre enseignes, qui gravitent toutes dans la galaxie Mulliez, leur proposent tout simplement de payer avec l'empreinte de leurs doigts, sans aucune autre forme de contact ni de code bancaire à saisir.

L'idée a germé au sein du Pôle de compétitivité des industries du commerce (Picom), créé en 2005 pour développer des innovations dédiées au commerce de demain. Elle est mise en oeuvre par la jeune société lilloise Natural Security, qui a dévoilé cette « première mondiale » à la presse, le 23 octobre, dans l'hypermarché Auchan du centre commercial V2 de Villeneuve-d'Ascq (Nord). Elle s'appuie sur un système sécurisé d'authentification des clients par biométrie, couplé à une procédure de paiement par carte sans contact à moyenne distance (jusqu'à 1,5 mètre).

 

Sérieux et pérenne

Le test a débuté, sans publicité, le 26 septembre, à la fois à Villeneuve-d'Ascq et dans le centre commercial La Couronne d'Angoulême, dans les magasins Auchan, Leroy Merlin, Décathlon et Flunch. Il associe aussi plusieurs commerçants indépendants du centre-ville de la préfecture charentaise. Sont également fortement impliquées les banques Accord, BNP Paribas, Crédit agricole et Crédit mutuel Arkéa, sans lesquelles cette innovation n'aurait jamais vu le jour. Des banques qui, avec Auchan, Leroy Merlin et Ingénico, sont d'ailleurs actionnaires de Natural Security. Un gage de sérieux et de pérennité dans ce genre d'expérience.

Le système mis au point par la start-up lilloise va être testé jusqu'en mars 2013 dans les enseignes et banques citées auprès de 1 500 clients, dont 300 « bétatesteurs » recrutés parmi leurs salariés. « Les premiers retours sont très positifs et encourageants !, assure déjà Arnaud Crouzet, directeur du développement monétique d'Auchan. Le dispositif a été rapidement adopté, suscitant même des envieux parmi nos clients habituels non inscrits. Les gains de temps et la facilité accrue du passage en caisse sont les principaux progrès vécus par les clients. En tant que distributeur, c'est aussi une sécurisation renforcée de nos processus de paiement. »

 

Atout sécurité

De fait, une fois le profil biométrique renseigné, l'encaissement, testé par LSA, ne dure que quelques secondes, la biométrie y apportant même une dimension ludique inattendue. Superflu le code de la carte bancaire, écartée la crainte du vol du précieux sésame ! « Avec l'authentification biométrique, le stockage sécurisé des données sur la carte et la transmission sans contact, le client n'a plus qu'à présenter son doigt pour payer, sans sortir sa carte. S'il la perd, personne ne peut usurper son identité, puisque l'usage de la carte passe obligatoirement par la reconnaissance de son porteur via ses empreintes digitales ou son système veineux, les deux dispositifs que nous testons respectivement à Angoulême et à Villeneuve-d'Ascq », se réjouit André Delaforge, directeur marketing de Natural Security.

L'expérimentation vise aussi à évaluer la pertinence des deux solutions. La reconnaissance veineuse serait, par exemple, plus coûteuse (un différentiel non communiqué, au même titre que les investissements globaux de l'expérimentation), mais ne laisse aucune empreinte sur le support de lecture et de reconnaissance digitale. Un gage supplémentaire sur ce sujet très délicat et très surveillé - par la Cnil notamment - du traitement des données personnelles.

Enfin, l'innovation proposée par Natural Security pourra rapidement être déclinée sur d'autres supports que la traditionnelle carte à puce bancaire, à savoir la carte MicroSD ou la carte Sim, qui ouvrent la voie aux smartphones. Ce qui différencie cette solution des autres tests en cours dans le monde et lui ouvre un champ d'applications beaucoup plus large (banque, distributeur de billets, prestation des services...).

 

Un déploiement attendu

L'autre grand avantage de cette solution franco-française est qu'elle permet de s'abstraire de la réglementation très restrictive sur l'usage des données privées, qui, dans le cas présent, ne sont stockées que sur la carte du client. Un atout de taille, selon Jean-Pierre Viboud, directeur général d'Oney Banque Accord et président de Natural Security. « La demande est réelle, dès lors qu'on ne stocke pas de données personnelles et que les applications sont respectueuses de la vie privée. Tous les retours d'expérience sont positifs. Et nous pensons pouvoir déployer cette innovation à grande échelle, sans surcoût pour nos clients. »

Les premiers retours sont très positifs et encourageants ! [...] En tant que distributeur, c'est aussi une sécurisation renforcée de nos processus de paiement.

Arnaud Crouzet, directeur du développement monétique d'Auchan

 

LE PRINCIPE

  • Le client enregistre ses données biométriques (empreinte digitale ou réseau veineux) chez l'une des quatre banques partenaires.
  • L'enrôlement dure moins de cinq minutes : les empreintes de l'index et du majeur d'une même main sont enregistrées.
  • Les données biométriques d'authentification et de paiement sont stockées sur un support exclusivement dédié à la personne : carte bancaire, carte MicroSD, carte Sim.
  • Pour payer, le client passe l'un de ses deux doigts dans un lecteur d'empreinte, il a sa carte bancaire, mais n'a pas besoin de la sortir grâce à la technologie sans contact. L'encaissement dure quelques secondes.

 

SES INCONVÉNIENTS

  • Le client doit se rendre physiquement dans une agence bancaire pour enregistrer ses données biométriques.
  • Une technologie de niche : la plupart des distributeurs mondiaux parient plutôt sur le paiement sans contact, par carte ou surtout par téléphone mobile.
  • Une technologie peu connue des clients, un effort de communication et de pédagogie à faire.

 

LE TÉLÉPHONE, SUPPORT PRIVILÉGIÉ POUR LES PAIEMENTS DU FUTUR

Les distributeurs testent de nombreuses innovations autour du paiement basées sur la simplicité d'utilisation, le coût réduit et la sécurité.

  • La technologie « sans contact » (NFC) reste la solution la plus prometteuse aux yeux des distributeurs. Aux États-Unis et en Asie, de nombreuses enseignes proposent déjà ce type de paiement. Walmart et d'autres géants se sont même alliés pour développer leur propre solution, face à celle de Google ou PayPal. En France, Casino vient de dévoiler son application NFC. Leclerc y travaille aussi. Le sans-contact peut aussi s'appuyer sur les cartes bancaires. En Espagne, Caprabo, avec la banque Caixa, le propose dans ses 343 supermarchés. Les limites : la crainte de la fraude chez le client et la nécessité de saisir un code.
  • Le paiement biométrique est principalement utilisé, depuis 2008, aux Pays-Bas, chez Albert Heijn, mais aussi en Allemagne, chez Edeka. Le projet n'a pas fait tache d'huile, malgré un atout « sécurité » indéniable.
  • Aux États-Unis, « Square » est une application mobile qui géolocalise le smartphone du client quand il arrive en caisse. Un code-barres apparaît à l'écran, l'hôtesse le scanne et la transaction est enregistrée. Starbucks, Staples ou Walgreens proposent le dispositif.
  • Apple propose une application « Easy Pay » dans ses magasins américains : le client scanne son produit et paie via iTunes.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2249

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message