Prix de l'énergie: attention danger [Edito]

Partager
Prix de l'énergie: attention danger [Edito]

Dominique Schelcher, le patron de Système U, ne cesse d’alerter les médias. Et il a bien raison. Pour toutes les entreprises, dans l’industrie comme dans le commerce, l’explosion des coûts énergétiques risque d’être dramatique. Alors que, selon Perifem, produire de l’électricité en France revient en moyenne à moins de 200 €/MWh, le prix du marché pour cet hiver dépasse déjà les 900 €. Soit un niveau insupportable qui aboutirait au triplement de la facture pour les entreprises dès 2023 ! Et pour le gaz, on évoque des prix multipliés par 20 !

C’est pourquoi il est urgent de réformer le marché de l’énergie pour les professionnels. Certes, des idées sont lancées ici et là, mais laissons aux techniciens débattre sur la question des producteurs d’électricité inframarginaux, le plafonnement du prix du marché sport, ou sur la remontée du plafond de l’Arenh et d’autres arguties chères aux experts de l’énergie. Soyons clairs et directs : ce choc électrique peut se transformer en choc économique pour bien des professions avec de sérieux problèmes de trésorerie ! Concrètement, un Super U moyen payant 120 000 euros d’électricité par an va voir ce chiffre doubler sûrement, tripler probablement. Et dans bien des cas, ce sera tout bonnement l’équivalent du résultat net du point de vente. Perifem chiffre la facture à 1,5 milliard d’euros par an pour les seuls distributeurs alimentaires.

Et, bien évidemment, le commerce n’est pas le seul concerné. Pour une unité de conditionnement de pommes et de poires de 20 000 tonnes par an (moyenne française), la facture annuelle passe de 270 000 euros à 4 millions ! Signer un tel contrat revient tout simplement à déposer le bilan. Plus globalement, pour nombre d’industriels, la hausse de la facture énergétique, qui devrait passer de 3% du CA en 2020 et 2021 à plus de 5% en 2022, entraînerait, a minima, des reports sur les investissements à court et moyen termes et, au pire, des questions de pérennité.

Le gouvernement français – qui se préoccupe en priorité de la facture pour les particuliers – avance bien quelques aides. Mais avec des limites beaucoup trop fortes. Comme celle indiquant que ce soutien serait réservé aux seules sociétés qui ont des dépenses d'énergie supérieures à 3% de leur chiffre d'affaires. Soit une règle inapplicable au commerce, dans la mesure où pour ce secteur économique, le ratio qui compte est la dépense d'énergie sur marge et non sur chiffre d'affaires puisqu’il s’agit d’une activité à faible marge et à fort chiffre d'affaires. Sans oublier tous ces industriels qui sont en dessous de ce seuil de 3%.

Voilà pourquoi, plus qu’un bouclier tarifaire qui serait probablement hors de prix pour les finances françaises, c’est sur la régulation des prix que l’on attend une action forte. Et pour beaucoup, la meilleure solution serait la mise en place exceptionnelle au titre de 2023 d’un tarif réglementé d’urgence pour toutes les entreprises pour la durée de la crise et fixé mensuellement à un niveau reflétant le coût moyen de production de l’électricité pour éviter la spéculation. Dit autrement, pendant un laps de temps indéterminé, il s’agit de réussir à convaincre l’Europe de laisser la France gérer seule son prix de l’électricité, comme ce fut le cas de 1946 à 2016 ! Pratique abandonnée à l’époque par solidarité européenne. Mais aujourd’hui, c’est notre souveraineté qui est en jeu. La souveraineté énergétique bien évidemment (notamment avec la filière nucléaire), mais aussi industrielle et alimentaire si les entreprises ne peuvent assumer de telles hausses. Attention danger…

Sujets associés

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

MICHAEL PAGE

Directeur Régional Centre-Est H/F

MICHAEL PAGE - 01/10/2022 - CDI - Troyes

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Détectez vos opportunités d'affaires

85 - LA ROCHE SUR YON

Fourniture Fruits et Légumes frais.

DATE DE REPONSE 11/08/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par
Marchés Online

ARTICLES LES PLUS LUS