Marchés

Prix du lait : la filière dans une situation critique

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les industriels du lait se trouvent dans une situation sérieusement compliquée en France, coincés entre les hausses de tarifs des producteurs et des distributeurs qui font pression sur les prix indiquent la FNIL et Syndifrais.

Lait

"L'industrie laitière française est entrée en crise. Son chiffre d'affaires baisse, des pans entiers de son activité sont en perte, elle restructure, ferme des usines et supprime des emplois", indique la Fédération Nationale de l'Industrie Laitière (FNIL). Selon elle, cette destruction de valeur s’effectue au détriment du consommateur avec une réduction de l’innovation, une perte de compétitivité et un appauvrissement de l’offre. Selon elle, sur les huit premiers mois de l'année, le prix du lait payé aux producteurs a progressé de 8% tandis que le prix de vente aux consommateurs a baissé de 1,1%. Le dispositif mis en place par le Médiateur pour 2013, qui prévoit une hausse technique, doit constituer le point de départ des négociations 2014, stipule la FNIL.

Manque de rentabilité pour investir

De son côté, Syndifrais, la filière française des produits laitiers frais, tire également la sonnette d’alarme, à la veille de la nouvelle réunion entre les acteurs de la filière et du ministre Stéphane Le Foll. Cette rencontre doit dresser le bilan de la situation et tracer les perspectives de la filière lait dans les mois à venir. "Les efforts de productivité déployés chaque année par le secteur des produits frais ne suffisent plus à donner la rentabilité nécessaire pour financer les investissements", explique le syndicat. Syndifrais, qui note une déflation de la catégorie des produits laitiers frais de 2 % en 2013, appelle aujourd’hui à la responsabilité de chaque acteur, du producteur au distributeur, pour préserver la filière. "Il est vital que la grande distribution prenne en compte la réalité économique et le niveau de prix élevé du lait en 2013 qui le sera certainement également en 2014", ajoute le syndicat. De son côté, la Fédération Nationale des Entreprises Laitières (FNCL), estime que les hausses accordées en 2013 doivent faire partie du socle des négociations commerciales pour 2014. "Il faut un juste positionnement des prix pour assurer la santé financière de la filière. Il est nécessaire qu'il y ait une prise en compte des hausses de tarifs des transformateurs sans risque de marges arrières déguisées", explique Dominique Chargé, président de la FNCL.

 

Tous les fournisseurs de rayonnage alimentaire sont sur Magasin LSA

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA