Marchés

Procter&Gamble confirme sa stratégie de croissance malgré le contexte économique

|

Fort de résultats semestriels réconfortants, le président de Procter&Gamble France, Loïc Tassel, a confirmé la stratégie du groupe malgré un contexte économique incertain.

En cloturant la période fiscale de juin 2011 en croissance de 5% en volume et de 4% en valeur (sur un marché comparable en progression de 2%), le président de Procter&Gamble France, Loïc Tassel, s'est félicité d'une stratégie efficace, qu'il a confirmé pour l'avenir. "Je ne vois pas pourquoi on changerait de cap quand tout va bien", a-t-il argumenté.

Ces résultats seraient le fruit d'une politique d'innovation verticale : "Nous lançons des produits en entrée de gamme, sans pour autant délaisser le premium" a-t-il expliqué, mais aussi d'une amélioration des relations distributeurs.

Parmi les secteurs les plus en forme, les désodorisants offrent à Procter une croissance de 30% de part de marché, mais aussi les adoucissants avec la marque Lénor qui devient numéro deux en progressant de 26% de part de marché sur 2010-2011.

En revanche, Duracell, membre du portefeuille du groupe américain depuis l'acquisition de Gillette n'est pas au beau fixe. "L'arrêt du référencement de notre marque par Carrefour y est pour beaucoup", concède Loïc Tassel.

Globalement, le PDG du groupe reste optimiste pour l'avenir, même s'il avoue un arrêt de la progression des volumes depuis quelques semaines. "La crise de 2008 ne nous pas porté préjudice, explique-t-il, nous avons de l'expérience dans un tel contexte économique".

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter