Marchés

Produits de grande consommation : le secret des 50 catégories stars

|

Ce sont les références vedettes de l’année 2014. Elles qui occupent le devant de la scène dans le cœur et, surtout, le chariot des consommateurs. Elles qui contribuent à l’équilibre du secteur des produits de grande consommation. Sans elles, ce dernier n’afficherait certainement pas ces petits, mais honorables + 1% en valeur et + 0,2% en volume à fin septembre. Elles, enfin, qui permettent à tous les acteurs – industriels comme distributeurs – de prouver que, malgré la guerre des prix, la crise, le prix des matières premières, les taxes, etc., la fatalité n’existe pas et que, oui, la valorisation – ce graal tant convoité – peut être au rendez-vous.

Bières de spécialité en haut de l'affiche

Tout en haut de l’affiche, les bières de spécialités font justement figure de stars parmi les stars. Il faut dire que leur palmarès est impressionnant, comme le confirme notre classement réalisé avec Iri sur la base des croissances en valeur enregistrées en cumul annuel mobile à fin septembre 2014. Impressionnant parce qu’elles affichent un bond de 17% de leur chiffre d’affaires, synonyme d’un gain de près de 143 millions d’euros en un an, mais aussi parce qu’elles s’offrent, avec les lames et rasoirs pour femme (+ 16,9%) et les punchs et cocktails (+ 14,9%), l’une des plus fortes progressions en volume, à 14,1%. Qui l’eut cru il y a encore deux ans ? Sans doute pas grand monde et peut-être même pas les brasseurs eux-mêmes, abasourdis et révoltés qu’ils étaient alors contre cette nouvelle hausse des droits d’accise, capable de briser, selon eux, leur dynamique de ces dernières années.

Innovation et audace : les stratégies gagnantes

L’histoire, ou plutôt les fabricants eux-mêmes, en ont décidé autrement. À coups d’innovations et d’audace ; voilà bien – et même si c’est un poncif que de le répéter, encore et encore – le secret de ces 50 marchés stars. Comment expliquer autrement, sinon, la toujours très belle 5e place des apéritifs à base de vin (le fameux rosé pamplemousse et consorts), une catégorie qui n’existait pas il y a quatre ans, ou encore la fulgurante avancée du 15e au 2e rang des biscuits petit déjeuner, ou enfin l’entrée dans ce classement des vinaigres ou des sauces froides, entre autres ?
Pour analyser et mieux comprendre les ressorts de leur succès, LSA vous propose de découvrir en intégralité le classement de ces 50 catégories, qui ont réussi à s’accaparer les premiers rôles parmi plus de 300 prétendants.

Les tendances
- Les bières de spécialités sont tout en haut de l’affiche avec la meilleure croissance des PGC en valeur.
- Les lames et rasoirs féminins s’arrogent, de leur côté, la plus belle progression en volumede ce classement.
- Le frais, suivi de près par l’épicerie, sont les secteursles mieux représentés, avantle DPH et les liquides.
En chiffres :
15,8% : poids des 50 marchés leaders sur le total PGC, soit 15,35 Mrds €
+ 1% : évolution en valeurdu total PGC,à 96,99 Mrds €
+ 0,2 % : évolutionen volume

Méthodologie : ce top 50 s’établit en fonction de l’évolution du chiffre d’affaires des catégories réalisant des ventes de plus de 50 millions d’euros, sur la base des données Iri en cumul annuel mobile à fin septembre 2014, en hypers, supers, hard-discount et e-commerce GSA.


 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter