Marchés

Produits de grande consommation : légère accalmie sur le front de la déflation en novembre 2016

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

DÉFLATION Selon les données mensuelles d'IRI, après deux mois de baisse des prix prononcée en HM/SM, la déflation se fait un peu moins forte sur novembre 2016. A un an cependant, la chute reste conséquente.   

La hausse des prix a été plus modérée sur novembre 2016 dans la lignée des 3 novembre précédents.
La hausse des prix a été plus modérée sur novembre 2016 dans la lignée des 3 novembre précédents.

Alors une chute des prix de -0,27 % en septembre 2016 et de 60,20 % en octobre 2016, les hypermarchés et supermarchés ont connu une relative accalmie sur novembre 2016 avec une déflation à -0,11 %. "Ce niveau reste assez conforme à ceux obtenus au cours des 3 mois de novembre précédents (-0.08% en moyenne). Cette tendance à une certaine accalmie se retrouve sur l’indicateur d’inflation de l’offre qui affiche une simple stabilité", souligne IRI.

Les supermarchés plus touchés que les hypermarchés

A noter sur cette période, que les  prix en supermarchés sont en recul plus marqué qu’en hypermarchés (respectivement -0.16% et -0.06%) et ce sur les différents types de marques.

 
 
Dans le détail des rayons, le DPH est particulièrement touché, principalement l'entretien du linge et les couches. L'ensemble du secteur du frais à savoir les surgelés glacés, la crèmerie et le frais non laitier subissent également une forte déflation. A part les bières et cidres qui ressortent en positif et font exception, tous les rayons sont concernés par ce mouvement.    
 
 
A un an, la déflation s’établit désormais à -1.24% contre -1.45% sur le mois d’octobre. "Nous restons ainsi quasiment dans la norme de 2016 sur cet indicateur (-1.14% en moyenne sur les 10 mois précédents)", souligne IRI. Autour de cette moyenne, la dispersion reste assez forte tant au niveau des groupes de familles que des catégories. Avec 25% des catégories enregistrant des baisses de + de 2%, 25% subissant une déflation de 1 à 2%, 25% une faible déflation (de 0 à 1%) et 25% de catégories inflationnistes.
 
 
Quelques rares catégories fortement inflationnistes
Dans les catégories les plus touchées par la déflation, outre bien sûr les produits d’hygiène féminine dont la TVA a fortement baissé, nous retrouvons des familles appartenant à tous les secteurs, avec dans le top 5, les chewing-gums, les boissons énergétiques, les soins antibactériens, les sucres et les pâtes pressées cuites. Les quelques catégories fortement inflationnistes sont notamment les foies gras (frais et appertisés), les saumons, les fruits de mer surgelés, les fruits au sirop et les graines salées. Des familles affectées par des problèmes de cours et/ou de raréfaction de la production.
 
 
 
 
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA