Produits de grande consommation: un premier semestre médiocre

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Découvrez en exclusivité les chiffres du panéliste Iri dressant le bilan des ventes de PGC pour le premier semestre 2013.

Selon les chiffres du panéliste Iri, le mois de juin reflète assez bien le comportement des marchés des PGC depuis le début de l’année. Avec une croissance assez faible du CA : +0,8% en juin (vs +1% en CAD). Mais aussi une baisse des volumes : -1,3% sur la période (vs -1% en CAD). Ainsi qu'une forte progression du Drive qui gagne 0,8 point de part de marché mois après mois avec des taux de croissance de + de 50%.
 
On note aussi une baisse symétrique du Hard Discount qui perd près de 1 point encore en juin. Et des gains de part de marché pour les hypermarchés toujours grâce à un effet parc mais également, à court terme, en raison d’une activité promotionnelle renforcée.
 
Si le mois de juin a été moins catastrohique que le mois précédent, ce sont néanmoins toujours les mêmes rayons et les mêmes catégories qui sont affectés (les BRSA, les bières et les glaces). Ce sont également les mêmes segments qui profitent de la météo : confiserie de chocolat, aide à la pâtisserie (y compris lait et beurre) ; ensemble de la biscuiterie, boissons chaudes (thés et infusions).
 
Le DPH semble s’enliser dans la crise, un peu à l’image de ce que nous avions vécu en 2008, et ce malgré une déflation de plus en plus forte.
 
En HM+SM, une nouvelle fois, les vins tranquilles font exception avec toujours des taux de croissance spectaculaires (supérieurs à 4% mois après mois).

 

Toujours selon Iri, le rapport de force Marques Nationales/MDD n’évolue pratiquement pas au sein des HM/SM. Les MDD sont nettement repassées sous la barre des 30% et perdent toujours du terrain aussi bien en valeur qu’en volume, malgré une compétitivité-prix partiellement
retrouvée (et un différentiel d’inflation désormais marginal).
 
Malgré ce petit avantage en faveur des marques, près de la moitié des grands groupes sont en recul aussi bien sur le court terme (juin) que sur le moyen terme (cumul à date). Ce premier semestre 2013 se termine donc aussi médiocrement qu’il n’avait commencé et selon les mêmes grandes caractéristiques générales.
 
 
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA