Marchés

Produits savoyards U ne offre très variée

|

Cette année, la tendance savoyarde sera tonique, pratique et inspirée de la tradition et de la modernité, toutes filières confondues. Les fabricants multiplient les offres.

Faciliter l'accès à la richesse du terroir pour conserver les faveurs des consommateurs ! Tel est le défi auquel ont répondu de nombreux fabricants de produits savoyards pour se tailler une place de choix dans les rayons des hypermarchés nationaux ou au coeur de l'hiver 2005- 2006. « C'est à ce prix que nous gagnerons des parts de marché face à la concurrence dans les centres urbains sans nous couper de nos consommateurs régionaux, remarque George Raffin pour les Salaisons Henri Raffin. Il nous faut à la fois prolonger la convivialité festive et goûteuse qui entoure la consommation de nos produits pendant les vacances d'hiver et savoir nous mettre à table rapidement, en cinq à dix minutes, en passant par un micro-ondes ou un four classique. »

Une dynamique créative dans tous les secteurs

À en croire les producteurs savoyards, les jours de la tartiflette belge seraient donc comptés. Certes, elle figure toujours en bonne place sur les tablettes de certaines enseignes mais une réplique olympique se prépare. C'est, entre autres, la société Savoie Production qui a saisi la hampe du drapeau savoyard pour défendre les couleurs de ce plat traditionnel. L'entreprise a donc décidé de présenter cette année des recettes prégratinées qui facilitent la cuisson au four à micro-ondes. Une gamme de produits qui compte une référence de tartiflette et plusieurs tartes salées au fromage (beaufort, reblochon, tomme...).

Voilà l'illustration de la véritable dynamique créative savoyarde, qui sait jouer avec la modernité sans écorner ses traditions. L'entreprise Raffin, connue pour ses salaisons traditionnelles en charcuterie sèche et cuite, a aussi adapté des recettes traditionnelles et propose des plats cuisinés prêts quasi instantanément : notamment des spécialités à base de diots accompagnés de tagliatelles conditionnées en barquette de 280 grammes micro-ondable. Chez Alpina Savoie, le leader des pâtes savoyardes, la rapidité de préparation est également une préoccupation récurrente. « Notre stratégie de développement mêle innovations technologiques et goût du terroir », précise Franck Rouard, président du directoire de la marque. À l'unisson, l'entreprise, qui dispose en outre de sa collection de formes typiques de pâtes comme les crozets, a mis au point une gamme « gourmande » associant les formes traditionnelles (nouilles savoisiennes, edelweiss, frisettes...) à un temps de cuisson réduit entre trois et cinq minutes grâce à un process de fabrication spécifique.

Aucun domaine n'échappe à la tendance du vite-prêt. Ainsi, la fromagerie Pochat, reprise par Lactalis, propose une fondue prête à réchauffer sous la marque Président. Passer la prochaine saison d'hiver sans un plat cuisiné savoyard micro-ondable ou des produits à cuisson réduite sera donc difficile.

La carte de l'alimentation équilibrée

Dans la lignée du produit facile à l'emploi, le prétranché constitue la deuxième grande tendance regroupant les producteurs savoyards. Notamment avec la raclette et les salaisons, qui forment l'assortiment de base d'un rayon bien achalandé en produits de Savoie. Les gammes se construisent avec différentes saveurs comme la raclette prétranchée et fumée d'Edelmont. Ou les plateaux de charcuterie spécialement adaptés pour la raclette ou pour la fondue tels ceux proposés par Peguet Savoie.

Si la charcuterie prétranchée reste un classique du genre proposé par tous les salaisonniers, il faut se tourner désormais vers les produits plus traditionnels pour trouver des approches originales. « Nous nous orientons vers une réduction des grammages pour coller à la tendance de l'alimentation équilibrée. Les diots, par exemple, sont commercialisés par pack de 3 de 270 grammes, au lieu de 4 à 360 grammes », explique Franck Couturier, de la Société savoisienne des viandes (Sosavi), qui présente également une gamme de charcuterie de Savoie à l'oméga 3 pour le moins inattendue dans les rayons libres-services. Un produit surprenant, tout comme le yaourt montagnard au lait de chèvre de la société Savoie Yaourt, qui vient en renfort du fameux yaourt bicouche gourmand de 180 grammes.

Autre référencement incontournable l'hiver prochain dans le domaine de l'alimentation équilibré : le poisson des lacs alpins (Léman, Bourget, Annecy), qui enregistre un succès croissant. Supportés par l'association des chefs gastronomiques Les Toques blanches, ces poissons feront toute la différence dans les rayons. La filière pèse aujourd'hui quelque 500 tonnes par an et est alimentée en perches, ombles chevaliers, féras ou lavarets, truites et écrevisses par 60 pêcheurs professionnels, chapeautés par l'Association agréée interdépartementale des pêcheurs professionnels des lacs alpins (AAIPPLA). Une vraie surprise de fin d'année à fort potentiel différenciant.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA