Projet de loi Macron : Plus de dimanches mais pas de médicaments pour les grandes surfaces

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le projet de loi Macron fait déjà l’objet d’une sérieuse amputation, avec le renoncement à la vente de médicaments en grande surface, au bénéfice des officines. Il confirme l’ouverture des magasins cinq dimanches par an et douze au total si les maires l’accordent, et la création de «zones touristiques de dimension internationale».

Le ministre a présenté un projet de loi bien plus timoré qu'attendu
Le ministre a présenté un projet de loi bien plus timoré qu'attendu

Après un exposé des motifs très long sur la nécessité de mesures pour « favoriser l’activité et l’égalité des chances économiques », c’est finalement un projet de loi façon gigot raccourci qui a été présenté à la presse ce midi. Une mini réforme des professions réglementées via un droit d’installation qui serait facilité et une ouverture du capital entre professionnels, l’ouverture des magasins douze dimanches par an dont sept soumis à l’autorisation des maires, et le renoncement à la vente des médicaments en grande surface. Emmanuel Macron perd même totalement la main sur la réforme des pharmacies et de la distribution de médicaments : c’est la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, qui récupère le sujet dans son projet de loi sur la  santé, qui était présenté en Conseil des ministres ce matin. Et elle n'a guère montré d'enthousiasme sur les velléités de Bercy sur son secteur.

« La décision que nous avons prise c’est de ne pas procéder à la commercialisation de médicaments en grande surface, a expliqué Emmanuel Macron. D’abord, parce que nous sommes le pays où il y a le plus de pharmacies, un maillage territorial et des points de vente. Ensuite, parce que ce pays consomme déjà beaucoup de médicaments et sans tension sur les prix qui soit observée de manière claire. Les effets sur les prix de la vente en grande surface ont eu lieu dans des pays où les prix avaient beaucoup augmenté. Enfin, le prix des médicaments et l’activité des pharmaciens relèvent des dépenses de santé publique et nous maitrisons cette forme de dépense. Le conseil des pharmaciens est aussi très importante. Je n’ai pas vu d’étude convaincante montrant que la vente des médicaments dans les supermarchés changerait la vie des Français ».

12 dimanches par an si...

Que reste-t-il ? Un patchwork de mesures réformant les prud’hommes, d’investissement pour l’épargne salariale, de levée de l’interdiction pour les autocaristes de faire de la concurrence à la SNCF « avec des prix 8 à 10 fois moins chers » ou encore de transparence sur les coûts des actes notariés ou des prothèses dentaires. Et, finalement, la seule mesure concrète reste l’ouverture des magasins le dimanche, sans guère de précisions sinon qu’ils pourront ouvrir cinq dimanches selon la convenance du commerçant et sept dimanches de plus si le maire lui accorde cette faveur, soit 12 dimanches au total potentiellement dans toute  la distribution non-alimentaire. A Nantes, par exemple, l’ancien Premier ministre pourra toujours refuser d’accorder des autorisations, mais les commerçants auront au moins cinq dimanches garantis, ce qui n’était pas le cas auparavant. Les PUCE pourront être élargis, si les collectivités locales le décident, en fonction du « potentiel économique », cette fois pour des ouvertures dominicales permanentes, comme c'est le cas pour l'alimentaire jusqu'à 13 heures. Bruxelles n’aimera probablement pas la formule de potentiel économque, contraire à la fameuse directive service. C'est tout de même une avancée. "Dans le monde d'Amazon, un quart du chiffre d'affaires est réalisé le dimanche", a lancé Emmanuel Macron. Les magasins physiques doivent donc pouvoir lutter contre les sites en ligne.

Autre vraie décision à effet rapide, les nouvelles zones touristiques à potentiel économique – lire en fait les Galeries Lafayette – dont les heures et jours d’ouverture seraient soumises à décret et non plus sur la décision des maires, après accords des partenaires sociaux. On voit ici la main de Laurent Fabius, à l'offensive en tant que ministre du développement international et du tourisme, un vrai allié pour Emmanuel Macron. On ne connaît ni le nombre de zones touristiques, ni leur emplacement géographique. Mais on imagine que les grandes métropoles, dont Paris, en feront partie. Enfin, les magasins dans les gares pourront ouvrir le dimanche, comme ceux des aéroports. La grande réforme attendue pour le pouvoir d’achat et la croissance, avec 6 milliards de pouvoir d'achat à la clé a été enterrée. Le ministre s’est même refusé à estimer le bénéfices des multiples mesures annoncées, dont la principale, pour les Français, pourrait bien se résumer à l’ouverture des magasins le dimanche, si les maires en décident ainsi…

2 commentaires

Pat

16/10/2014 09h22 - Pat

Dans ma pharmacie de centre commercial l ibuprofène est a mois de 2e le paracétamol a moins de 1,5 e...bien mois chers que mes voisins..la concurrence existe et 4 pharmaciens et 8 préparateurs conseillent et veillent à la non surconsommation..c est très bien comme ça...pas besoin de tête de gondole

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Krunch

15/10/2014 18h36 - Krunch

Je ne comprends pas pourquoi l'éditeur de cet article reproche au ministre "Le ministre a présenté un projet de loi bien plus timoré qu'attendu". Les raisons avancées par Mr Macron reflètent bien la réalité: Ma conjointe est pharmacienne, quand nous nous déplaçons à l'étranger, celle-ci aime bien vérifier le prix des médicaments sans ordonnance et systématiquement elle est surprise de l'écart des prix favorable aux prix pratiqués en France D'autre part la plupart des officines est organisée en groupement pour négocier auprès des laboratoires , enfin récemment des études comparatives ont été menées sur le prix des tests de Grossesse, très en défaveur de la GMS

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA