Quand les Français boudent l’e-commerce

|

INFOGRAPHIE Il est loin le temps où les consommateurs français découvraient avec avidité les joies du e-commerce. Désormais rentrée dans les mœurs, la pratique stagne dans l’Hexagone.

Les consommateurs français ont vite pris le pli de l’achat en ligne et savent désormais comment fonctionne le système. Pourtant, leurs fréquences d’achats stagnent et restent assez faible en comparaison aux autres pays sondés par le cabinet d’audit PwC, à l’origine de cette étude mondiale sur l’e-commerce.

Fréquence d'achat

En 2012, les web-shoppers étaient 21% a acheter pour la première fois en ligne. En 2013, ils ne sont que 5%. La fréquence d’achat est également à la traîne avec seulement 17% des internautes français qui achètent au moins une fois par semaine en ligne. Bien loin des Allemands (36%), des Britanniques (40%) et des Chinois (76%). Mais 36% des Français achètent en ligne une fois par mois. Ce qui reste tout de même plus faible que les 44% de l’année 2012.

"L’e-commerce fait désormais partie des usages des Français. A présent, plus que recruter de nouveaux web-acheteurs, les enseignes et les pure players doivent cibler leurs efforts pour augmenter la fréquence d’achat des Français, plus faible que celle des autres pays", analyse Sabine Durand-Hayes, associée chez PwC etresponsable du secteur distribution & biens de consommation.

PC, tablettes ou smartphones?

Concernant l’outil par lequel passe les internautes pour leurs commandes, 26% des Français utilisent une tablette contre 41% dans le monde et 25% un smartphone, contre 43% dans le monde.Tablettes et smartphones marquent donc une percée et rentrent dans le quotidien des Français.

L'essor du Click&Collect

Interrogés sur ce qui leur plaît le plus dans l’e-commerce, les sondés ont répondu à 80% que la livraison gratuite était un atout, 53% apprécient le retour gratuit et 49% aimeraient également pouvoir rapporter le produit en boutique s’il ne convient pas. 24% souhaiteraient aussi que le Click & Collect soit un outil récurrent.

Selon Anne-Lise Glauser, la directrice Strategy de PwC: "Le fait qu’un quart des web-acheteurs accordent une forte importance au retrait en magasin justifie les récentes politiques de Click&Collect de nombreuses enseignes. En revanche, le retour en magasin est encore peu pris en compte par les enseignes pour l’instant, alors que nos chiffres révèlent qu’il existe une réelle attente. (…) Les initiatives web-to-store se multiplient chez les enseignes, qui se positionnent comme de véritables acteurs multicanaux au service de leurs clients. Les pure players se développent également sur ce segment, même si leurs initiatives restent encore limitées. Mister Good Deal a par exemple mis en place 55 points Drive permettant le retrait des commandes en France."

Au niveau mondial, les réseaux sociaux prennent de l’ampleur dans le domaine du e-commerce avec 30% d’achats réalisés via ces sites contre 24% en 2012. En Europe, les e-shoppers achètent en priorité des livres, de la musique, de l’électronique et du prêt-à-porter.

A noter une percée du Moyen-Orient, de la Turquie et de l’Inde avec 45%, 42% et 38% de nouveaux acheteurs en ligne en 2013.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message