Que pèse le non-alimentaire en super et hypermarchés?

|

Alors que le Premier ministre a annoncé ce dimanche 1er novembre 2020, la fermeture dès mardi de rayons non-alimentaire des hypers et supermarchés, LSA publie les chiffres du panéliste Iri pour estimer cette activité.

Ici, la librairie du Carrefour de Villiers-en-bière
Ici, la librairie du Carrefour de Villiers-en-bière

"J'ai décidé, dans le décret qui régit le confinement, d'ajouter une disposition, qui entrera en vigueur mardi matin, interdisant la vente des produits qui ne peuvent pas être vendus, qui sont d'ores et déjà interdits dans les commerces de proximité, dans les grandes surfaces", a déclare le premier ministre Jean Castex. Les détails de ce décret sont donc très attendus par les professionnels. Car s'agit-il de tout le non-alimentaire? Uniquement de certains rayons? Affaire à suivre...

Et pour en savoir l'impact, on peut toujours regarder les chiffres du panéliste Iri publiés début 2020 . Il s'agit d'une analyse des ventes de 2019 par rapport à 2018 des hypers, supermarchés et E-Commerce GSA (donc du drive essentiellement). Sur cette activité de 131 milliards d'euros, 14,6% se réalisent avec le non-alimentaire. Dont 34,7% dans l'univers de la maison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter