Quel développement durable après la COP 21 ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Plus d’un an après la Conférence de Paris sur le climat, le Groupement fait du développement durable un axe prioritaire vis-à-vis des collaborateurs et des consommateurs, avec des objectifs plus ambitieux.

Planète écologie climat
Planète écologie climat© kbuntu - Fotolia.com

En 2015, en pleine COP 21, le Groupement Les Mousquetaires s’était vu décerner le label Enseigne responsable par le club Génération responsable, pour l’ensemble de ses actions en faveur du développement durable. Intermarché était d’ailleurs la seule enseigne alimentaire présente lors de cet événement mondial.

Plus d’un an après, les enseignes du Groupement comptent bien faire perdurer ces engagements et accentuer leur communication sur des prises de position fortes. "La COP 21 a été un moment de grande convivialité, où chacun a partagé son expérience et ses bonnes pratiques, rappelle Jean-Marc L’Huillier, président de la direction qualité et développement durable du Groupement Les Mousquetaires. Notre stand était dans un espace réservé aux “ apporteurs ” de solutions pour l’amélioration du climat, avec des exemples de notre démarche, comme le recyclage des déchets, l’éducation des enfants en matière de gaspillage alimentaire, la consommation responsable, l’efficacité énergétique…"

Cet adhérent, patron de deux magasins situés à Sancoins (18), salue "un vrai déclic… et même une remise en question. Les derniers objectifs avaient été définis en 2010. Quand la COP 21 a pris fin, nous nous sommes interrogés sur les challenges qui nous attendaient dans dix ans." Quatre piliers stratégiques ont été privilégiés pour inscrire les sujets sociétaux et environnementaux dans la politique de l’entreprise à long terme. Par la multiplicité des secteurs qu’elle touche, la politique des Mousquetaires en matière de développement durable concerne aussi bien l’agroalimentaire et la logistique que l’immobilier et l’informatique.

Une synergie entre tous les services

En interne, la direction du développement durable, composée de cinquante collaborateurs répartis dans des pôles d’expertise, est rattachée à la direction générale du Groupement, ainsi qu’au service des pôles de performance alimentaires et non alimentaires, industriels et constructions. "Il y a une synergie des thèmes liés au développement durable", résume l’adhérent. Ils couvrent un spectre de six secteurs, de la relation client-consommateur à la santé, en passant par les pôles environnement, qualité, énergie et enseignes. « Le premier enjeu, c’est l’adhésion de nos chefs d’entreprise et de nos collaborateurs à notre démarche. Ils en sont la pierre angulaire. Cette dimension humaine est extrêmement importante. »

Ces engagements, Intermarché les a par ailleurs transformés en véritables atouts pour l’enseigne, en termes de communication. "On perçoit des attentes très fortes de la part des consommateurs, qui réclament davantage de transparence, de qualité. Cela implique que, pour faire progresser le développement durable, il faut suivre le consommateur dans ses nouveaux comportements", poursuit Jean-Marc L’Huillier. C’est sur son profil d’acteur à la fois producteur et distributeur, inédit dans l’univers de la distribution, que le groupe multi-enseigne a souhaité communiquer auprès des clients. Pêche responsable, produits "sans", gammes de produits "moches"… Le tout mis en avant dans des campagnes d’envergure, notamment à la télévision.

Les Objectifs

  • Diminution de 30 % de consommation énergétique d’ici à 2020 (par rapport à 2014).
  • Arrêt de la commercialisation d’œufs de cat. 3 d’ici à 2025.
  • Réduire de moitié le gaspillage alimentaire.
  • 75 % de meubles frigorifiques fermés en points de vente d’ici à 2020.
  • 10 % d’énergies renouvelables pour l’approvisionnement en 2018, 25 % en 2025.

4 piliers stratégiques

  • La construction d’une relation forte avec les clients.
  • Une attention constante portée aux collaborateurs.
  • La réduction au maximum de l’empreinte environnementale.
  • L’implication dans la construction durable des territoires.

 

Plus qu’une ambition, un devoir

Pour l’avenir, l’ambitieux nouveau plan d’action, dessiné à l’horizon 2020-2025, ne concerne pas que les points de vente en France. Les Mousquetaires exportent désormais leur démarche en Belgique, en Pologne et au Portugal. Accent sur l’innovation, nouveaux produits et services, intégration de nouveaux indicateurs, démarche d’évaluation ISO 26000, bases logistiques construites selon les principes du standard de Haute Qualité Environnementale (HQE), partenariats (PME, collectivités locales). Les chantiers sont en marche. Le Groupement annonce également le lancement d’une étude sur le bien-être animal dans les filières bovine et porcine. "Le développement durable est inscrit dans nos gènes Mousquetaires, car c’est une démarche mobilisatrice, collective et concrète qui replace l’homme et son environnement au cœur de nos projets. Ce n’est plus une ambition, c’est un devoir", conclut Jean-Marc L’Huillier. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2446

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA