Quel secrétaire d’Etat au budget pour les 50 milliards d’économies?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

LÉGISLATION - LOIS Le président de la République et le Premier ministre planchent sur la liste des secrétaires d’Etat qui doivent être nommés mercredi 9. Parmi ceux-ci, il faut trouver le bon profil qui remplacera le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve, passé au ministère de l’Intérieur. Deux ou trois figures s'imposent à l'Assemblée nationale.

Le nouveau locataire de Bercy pour le budget sera connu mercredi
Le nouveau locataire de Bercy pour le budget sera connu mercredi

Qui va prendre le poste de secrétaire d’Etat au Budget, avec en charge la recherche des économies tous azimuts pour parvenir à 3% de déficit fin 2015, trouver et mettre en musique les 50 milliards d’économies prévus par le gouvernement pour réduire les dépenses, ou encore mettre en musique le futur CICE à 20 ou 25 milliards d’euros, auquel va s’ajouter la suppression d’une taxe de 5 milliards d’euros (la C3S)?

Il faut d’abord qu’il soit hollando-compatible, mais aussi bien accepté par Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Michel Sapin. Pas facile, quand on sait que les relations Moscovici-Cazeneuve-Montebourg étaient assez chaotiques. Il doit connaître son budget sur le bout des doigts, les députés de la Commission des Finances à l’Assemblée nationale comptant nombre d’anciens ministres de l’Economie ou du Budget. Et enfin, il doit répondre à l’équilibre des forces politiques au sein du parti socialiste.

Or, une fronde vient de voir le jour à l'Assemblée nationale. Une centaine de députés sont signataires d’une pétition pour dénoncer la politique du gouvernement trop en faveur des chefs d’entreprise, à la veille du discours de politique générale du Premier ministre, Manuel Valls. Or, parmi ceux-ci, figurent deux pointures de la finance, le rapporteur du Budget à la Commission des Finances, Christian Eckert, député de Meurthe et Moselle, critique à l’égard du CICE qui doit être renforcé dans le cadre du Pacte de responsabilité, et surtout de ses bénéficiaires. . «Il faudrait davantage viser les secteurs industriels que de le faire d'une façon très générale, comme c’est le cas aujourdhui. Un cabinet d'avocat va pourvoir percevoir autant d'allègements de charges qu'une entreprise industrielle, une PME qui a autant de salariés ", vient-il de déclarer. Le nommer permettrait au chef du gouvernement de montrer "qu'il écoute" la gronde du Parlement.

L’autre homme pour le Budget pourrait être Pierre-Alain Muet, député du Rhône et économiste. Il fait partie de l’élite à l’Assemblée nationale qui suit les projets de lois de finances de très près. Centralien, il est vice-président de la Commission des finances. Et cet ancien adjoint du maire de Lyon Gérard Collomb, fait lui aussi partie des « 100 signataires ». D’autres députés pourraient aussi prétendre au poste, comme Karine Berger, économiste et députée des Hautes-Alpes. D’après le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, il n’y aura qu’une dizaine de secrétaires d’Etat, et il n’assisteront pas automatiquement au Conseil des ministres.  

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA