Quelle a été la consommation de produits laitiers en France en 2019 ?

|

Selon une étude réalisée par FranceAgriMer, la consommation des produits laitiers en France en 2019 a été différente en fonction de catégories. Le lait conditionné recule toujours tandis que la crème, le beurre, le fromage et l’ultrafrais progressent. Le bio connait une forte croissance.  

La consommation des produits laitiers en France en 2019 est en croissance, sauf pour le lait de consommation
La consommation des produits laitiers en France en 2019 est en croissance, sauf pour le lait de consommation© PhotoSG

FranceAgriMer a souhaité faire un focus sur la consommation des produits laitiers au sein des foyers français en 2019 et voir quelles étaient les marges de progression encore réalisables. Selon l’étude réalisée par FranceAgriMer, auprès de 20 000 ménages, la catégorie a évolué différemment en fonction des sous-segments qui la composent. On assiste à un recul des achats de lait conditionné en 2019 (-1,5 % en volume) alors que dans le même temps la croissance des jus végétaux s’est arrêtée. Le lait UHT demi-écrémé, qui représente la majorité des volumes a bien résisté avec un repli de 0,9 %. La croissance des matières grasses solides a été quasiment uniquement liée à l’évolution des prix, en moyenne de 7 %. Mais la margarine baisse de 4,4 % tandis que les matières grasses allégées progressent légèrement de 0,5 % et le beurre de 1,8 %. Sur l’ultrafrais, les catégories sont restées stables en volume mais ont progressé de 3,2 % en valeur, grâce à la hausse de la fréquence d’achat. Trois segments ont affiché un développement des ventes : le chèvre (+10,1 % en volume), le brebis (+5,4 % en volume) et le végétal (+6,4 % en volume). Enfin, pour le fromage, toutes les catégories ont progressé en 2019.

Le bio devrait encore progresser mais frein avec le prix

Sur le bio, la consommation a explosé au cours des dernières années. Entre 2016 et 2019, les achats ont augmenté de 22 à 87 % en volume selon les produits et de 25 à 100 % en valeur. Des résultats qui s’expliquent par un taux de pénétration et des fréquences d’achat plus importants. Si le bio tend à se démocratiser, la marge de progression est encore importante car le taux de pénétration ne dépasse pas 37 % pour les yaourts, 34 % pour le lait et n’atteint pas 20 % pour les autres produits. Le prix fait partie, en revanche, des freins à l’achat, notamment pour les foyers modestes.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

X

Recevez chaque semaine l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits bio et responsables, alimentaires et non alimentaires.

Ne plus voir ce message