Quelles innovations pour séduire les baby-boomers ?

|
En rupture avec la génération précédente, les 50-70 ans sont en attente de services, tels que le test de son téléphone avant achat de Salt Mobile ou la Google Car sans chauffeur.
En rupture avec la génération précédente, les 50-70 ans sont en attente de services, tels que le test de son téléphone avant achat de Salt Mobile ou la Google Car sans chauffeur.

Une vie rythmée par la spirale d’innovations des 30 Glorieuses : hypermarchés en 1963, plats surgelés en 1968, couches jetables en 1971… Les baby-boomers ont été élevés dans le culte de la consommation et du marketing. Dotée d’un fort pouvoir d’achat, cette population de 16?millions est une cible clé pour les marques. Encore faut-il savoir comment lui parler et répondre à ses besoins. Selon une étude menée en juin?dernier par le cabinet Seniosphère, spécialisé dans le conseil en stratégie et marketing des seniors, auprès de 400 personnes en France, âgées de 50 à 70 ans, les baby-boomers se montrent globalement friands d’innovations, 36% d’entre eux déclarant « chercher toujours des nouveautés ». Un taux qui se révèle plus élevé encore pour les femmes (45%) et les 50-59 ans (47%).

Bien-être et confort

Cette soif guidée par le plaisir de la découverte se concentre surtout autour des thèmes de la santé, de la sécurité et, dans une moindre mesure, sur l’alimentation (5%) avec les super­aliments, les labels, l’origine ou le bio. « L’innovation doit s’intégrer dans un ensemble. L’objectif prioritaire étant d’ffrir plus de bien-être, de confort, en renforçant notamment la dimension de service », confie Sophie Schmitt, fondatrice de Seniosphère.

Des exemples existent déjà : l’opérateur Salt Mobile, en Suisse, qui propose à ses clients de tester gratuitement leur téléphone pendant six semaines avant achat, le service de coaching santé d’Animato au Japon ou, demain, la Google Car, la fameuse voiture sans conducteur. « Si les seniors n’ont pas peur du changement, ils ont en revanche besoin d’être rassurés dans leur acte d’achat », ajoute Sophie Schmitt. Petite cerise sur le gâteau, cette population, moins fataliste face à son vieillissement que la génération d’avant-guerre, se dit largement prête à payer plus pour une innovation, à condition qu’elle réponde à ses exigences ! 

C. H.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2389

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous