Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement LSA.fr - édition Abonné

Quels scénarios pour les hypers, les supermarchés, les drives et la proximité en sortie de confinement

Jérôme Parigi |
|

Publié le 07/05/2020

Les parts de marché des enseignes alimentaires sur la période du 23 mars au 19 avril de Kantar se sont traduites par des bouleversements majeurs liés à la situation exceptionnelle de pandémie et de confinement. Intermarché progresse de 1,7 point, les hypers Carrefour et magasins E.Leclerc plongent de -2,4 pt... Reste à savoir si des changements de fond pourraient découler de ces mouvements de court terme, très atypiques. Nous ouvrons quelques pistes. Décryptage et analyse.

man in mask and protective gloves buying fruit food it supermarket shop during quarantine for covid-19 virus outbreak
man in mask and protective gloves buying fruit food it supermarket shop during quarantine for covid-19 virus outbreak
On s’attendait à du lourd, même du très lourd. On n’a vraiment pas été déçu. La sortie des parts de marché des enseignes alimentaires issues du panel Kantar, hier, mercredi 6 mai, en fin d’après-midi et détaillées dans LSA, est une déflagration pour le secteur de la grande distribution alimentaire. Songez plutôt. En 4 semaines, du 23 mars au 19 avril, les hypermarchés ont perdu 3,1 millions de clients et 8,1 points de parts de marché, soit sans doute, l’équivalent de 1 milliard d’euros évaporé à cause de ce satané virus. Les magasins E. Leclerc comme les hypermarchés Carrefour ont chacun perdu 2,4 points de parts de marché, des records. A l’inverse, 2,4 millions de nouveaux foyers français ont découvert les joies – et les affres, car ça n’est pas toujours la fête si on écoute leurs retours d’expérience – du drive et des sites de e-commerce qui atteignent les 10% de parts de marché, soit plus que les discounters (9,9%) ou que la proximité (8,8%), pourtant elle aussi très en vogue. Confinement oblige, voilà en effet nos supérettes de quartier nanties de paniers moyens en hausse de 46%, dignes d’un supermarché et un réseau, Carrefour Proximité, qui gagne sur la période 1,3 point de parts de marché (3,4%), soit 40% de sa part de marché totale d’un coup... En poids relatif c’est une progression encore beaucoup plus forte que celle d’ Intermarché qui gagne pourtant 1,7 point sur 4 semaines à 15,7%, là encore un record historique de progression pour une enseigne. Comme Carrefour proximité, Intermarché et avec lui dans une moindre mesure, Super U et les autres enseignes de supermarchés, profite à plein de la capillarité de son parc de 1800 magasins et de sa forte proximité avec des clients qui ne peuvent plus, comme avant, se déplacer aussi facilement et aussi souvent pour faire leurs courses. En sera-t-il de même après le 11 mai, une fois le déconfinement engagé ? Et les changements très atypiques constatés à court terme auront-ils des effets à moyen ou long terme ? Sans prétendre lire dans le marc de café nous nous sommes essayés à des débuts de réponse. Voici quelques pistes, non exhaustives, issues de nos observations et analyses après plusieurs semaines d’une crise sans précédent.  Un retour en force des hypers ? Après le 11 mai, une fois les effets du confinement atténués, beaucoup d’experts prédisent un retour en force des hypers, avec force opérations promotionnelles, stimulé notamment par les inquiétudes autour du pouvoir d’achat. Sur le papier cela se tient et on sent toutes les enseignes préparer des opérations spectaculaires pour les semaines à venir, mais ces machines à vendre vont-elles être capables d’absorber dans les prochaines semaines une augmentation des flux clients alors que la fréquentation sera toujours soumise au respect des gestes barrière et des consignes de sécurité qui vont limiter le nombre de clients et de personnel présents en même temps en magasin ? Le ministère du travail a opté en début de semaine pour le ratio de 1 personne pour 4 m² de surface résiduelle (soit la surface de vente – la surface occupée par les meubles , caisses et équipements), ce qui nous rapproche d’un chiffre de 1 personne en magasin pour 8 à 10 m² de surface de vente, selon la configuration du magasin et l’encombrement des caisses. Ça promet de sacrées files d’attentes aux heures de pointe qu’un certain nombre de clients risquent de difficilement supporter, voire de zapper. Pour trouver finalement plus de confort et de sécurité dans la fréquentation d’un supermarché plus proche, d’un magasin de proximité, voire d’un site de e-commerce pour faire des pleins sans effort et sans risque. D’autant que le maintien de la fermeture des grands centres commerciaux de plus de 40000 m² envisagée au moins pendant les premières semaines du déconfinement ne devrait pas arranger les choses. Le trafic de nombreux hypers étant étroitement lié aux centres qui les accueillent ou qui les jouxtent. Les drives en relais durable ? Autre credo avancé par nombre d’observateurs, les enseignes en place vont pouvoir s’appuyer sur leurs drives pour garder les clients qui fuient leurs magasins ? Pour preuve Leclerc, le champion du format évite une plus grosse dérouillée en avril grâce à ses 720 drives qui ont conquis 1 million de nouveaux clients (mais combien issus de son propre réseau ?) et 1,6 pt de part de marché selon Kantar. Par ailleurs, une bonne part de la dynamique des enseignes de supermarchés (40% de la croissance d’Intermarché et la majorité de celle de U) repose sur leurs drives. …
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu
Votre accès est temporairement suspendu, nous vous invitons à prendre contact avec le Service Clients à abo@infopro-digital.com
Vos codes d'accès sont erronés.
Veuillez saisir votre email et votre mot de passe.

Votre espace personnel est momentanément indisponible ! Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée et vous invitons à réitérer votre connexion ultérieurement.

En vous abonnant à LSA, vous accédez à :

  • Des analyses exclusives sur les tendances et les marchés de consommation
  • En avant-première, des nouveaux concepts de magasins et des innovations PGC
  • Le suivi des stratégies d’enseignes et de sites marchands, alimentaires et non alimentaires
  • Des idées et des bonnes pratiques en matière de Commerce connecté
  • Des chiffres clés et données exclusives : base de données marchés PGC (CA, évolutions...), base de données Magasins (par enseignes, par zones...), base de contacts Centrales d’achats
Votre abonnement à LSA vous donne accès à :

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message