· Questions à Jean-Marc Peri, directeur des achats audio à la Fnac

« La Fnac doit rester un lieu de choix »

· Comment expliquez-vous la baisse du marché en volume et en valeur au début de 1997 ?

L'année 1996 a été soutenue, en volume en tout cas, par l'importante croissance des formats courts (les CD 2 titres) et par les albums mid-price. Au premier trimestre, des nouveautés décevantes et le ralentissement de la croissance des CD 2 titres (+20%, contre + 40% en 1996) expliquent ce mauvais résultat. Mais la raison fondamentale reste la morosité économique. La majorité de notre clientèle, les 18 ans-25 ans, dispose de moyens limités, ce qui la rend sensible au prix.

· Le disque est-il donc trop cher en France ?

Oui et non. Oui, si l'on considère le taux actuel de TVA absurde qui le frappe. Oui encore si l'on compare les prix en France et ceux pratiqués aux Etats-Unis. Non, si l'on considère le niveau de marge de la quasi-totalité de la distribution, proche de 0% pour les nouveautés les plus demandées. De manière générale, ce sont les éditeurs qui tiennent les rênes pour la détermination du prix.

· Etes-vous favorable à l'application d'un « prix abusivement bas » ?

C'est un débat difficile. On ne peut être que favorable à une législation qui permettrait aux spécialistes de retrouver un niveau de marge nécessaire à leur développement. Mais, parallèlement, un tel dispositif conduirait à un renchérissement du prix des nouveautés, ce que la Fnac tentera toujours d'éviter. Certes, le fonds de catalogue ne serait pas touché. Mais le marché s'oriente de plus en plus vers les nouveautés. Enfin, les conditions d'application d'un tel « prix abusivement bas » ne sont pas encore très claires.

· L'orientation croissante du marché vers les nouveautés est-elle susceptible de remettre en cause la politique d'assortiment de la Fnac ?

Non. Personne n'a l'intention de faire de la Fnac une espèce d'hypermarché de centre-ville. Même si le fonds de catalogue est difficile à gérer, la Fnac, comme d'ailleurs tous les autres spécialistes, doit rester un lieu de choix, c'est-à-dire le reflet aussi large que possible de la diversité des créations musicales. C'est son arme principale face à la grande distribution alimentaire.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1539

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous