Qui est Ceconomy, futur premier actionnaire de Fnac-Darty ?

|

Dossier Structure née de la scission du groupe Metro, Ceconomy a vu le jour au mois de février 2017, et regroupe les enseignes d'électronique grand public du géant allemand de la distribution. Pour son exercice fiscal 2015-2016, cette division a généré 22 milliards d'euros, dont 2 milliards de ventes par Internet.   

metro group

Nouveau rebondissement pour le groupe Fnac-Darty, après le départ de son p-dg Alexandre Bompard pour rejoindre le groupe Carrefour. La famille Pinault, actionnaire du groupe Fnac-Darty à hauteur de 24,3%, vient de céder ses parts ce mercredi 26 juillet 2017 au groupe allemand Ceconomy, pour un montant total de 452 millions d’euros. L’allemand devient par ce biais le premier actionnaire du groupe. Encore méconnue du grand public – et pas uniquement -, Ceconomy est l’une des deux nouvelles entités résultantes de la scission du groupe Metro, le mastodonte allemand de la distribution, actée le 6 février 2017 à 99,95% de « Oui », par les actionnaires du groupe Metro. Le projet de séparation en deux activités le groupe Metro remontant initialement au mois de décembre 2016.

Désormais le groupe Metro comprend donc d’une part la structure dédiée à l’alimentaire, qui a hérité du nom « Metro » et recouvre les enseignes Metro, Makro Cash & Carry et les hypers Real, et de l’autre côté, Ceconomy qui couvre pour sa part les enseignes d’électronique grand public Media Markt, Redcoon et Saturn. Les deux entités ayant vocation à vivre indépendamment l’une de l’autre, sont ainsi sensées profiter d’une plus grande agilité.

La structure Ceconomy pour sa part, a généré le colossal chiffre d’affaires de 22 milliards d’euros pour l’exercice 2015-2016, dont 2 milliards par Internet. En comparaison, avec un chiffre d’affaires de 7,4 milliards d’euros, le ‘nouvel’ ensemble Fnac-Darty fait presque figure de petit. Ceconomy jouant plutôt dans la cour des grands, comme l’américain Best Buy qui a publié un CA d’un peu plus de 33 milliards d’euros sur son dernier exercice fiscal. D’ailleurs, l'agence Reuters soulignait au mois de février dernier que le pôle Media-Saturn, pouvait être un candidat potentiel à une fusion avec son principal concurrent, le britannique Dixons Carphone, dont l'effet serait de détrôner l'américain Best Buy, numero un mondial de le high-tech grand public. C’est finalement sur Fnac-Darty que Ceconomy semble avoir jeté son dévolu.

"Une exposition au marché français"

Propulsé à la tête de Ceconomy lors de la scission en deux du groupe Metro, le p-dg, Pieter Haas (photo ci-contre) a déclaré que cet investissement financier au sein du capital de Fnac-Darty est « une opportunité unique (…). Il nous offre une exposition au marché français et au segment de l’électronique grand public, tous deux particulièrement dynamiques. Deuxièmement, il répond à notre ambition de renforcer notre position en tant que plateforme européenne leader des activités, des marques et des concepts d’électronique grand public. Cette opération intervient idéalement au moment où Ceconomy devient un groupe indépendant juste après sa scission avec Metro Group. L’équipe de direction de Fnac Darty, dirigée par Enrique Martinez et Matthieu Malige, a mené avec succès l’intégration de Fnac et Darty, en créant un acteur solide ».

Où les enseignes de Ceconomy sont-elles présentes ?

 

Evolution du nombre de points de vente gérés par Ceconomy, et de leur taille moyenne

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter