Qui sont Régis Schultz et Alexandre Bompard, les patrons de Darty et la Fnac ? [Portraits croisés]

|

Dossier Le projet de rachat de Darty par la Fnac place sous les projecteurs deux hommes clés de ce dossier pour le moins sensible. Restés jusqu’à présent silencieux sur l’éventuel rapprochement des deux entités, Régis Schultz, DG du groupe Darty, et Alexandre Bompard, PDG de la Fnac, n’en sont pas moins directement concernés. Portraits croisés de deux éminentes personnalités de l'univers de la distribution spécialisée.

A droite : Régis Schultz, DG de Darty ; A gauche : Alexandre Bompard, PDG de la Fnac
A droite : Régis Schultz, DG de Darty ; A gauche : Alexandre Bompard, PDG de la Fnac

Le premier a pris ses fonctions chez Darty en 2013. Régis Schultz, directeur général de Darty a une mission claire : il doit définir la stratégie de l’enseigne, principalement axée sur le cross-canal. Le second, Alexandre Bompard, est PDG de l’enseigne de produits culturels depuis 2011. Son challenge : redresser le mastodonte français, face à une concurrence de plus en plus pressante. Celle du e-commerce, et notamment de la déferlante Amazon sur la France. Deux entreprises très différentes et deux missions précises pour un défi commun : l’Internet.

Né en 1969, Régis Schultz a grandi à Colmar, où sa mère possédait une enseigne de produits biologiques et diététiques, "La Vie Claire". De son côté, Alexandre Bompard est né en 1972 à Saint-Etienne, son père est chef d’entreprise, ancien président du club de football de la ville, et sa mère, vice-présidente du tribunal de grande instance de Bobigny.

Deux carrières, sept étapes-clés

A priori, rien ne rapproche les deux hommes. M.Schultz est diplômé d’études supérieures spécialisées en finances d’entreprise et ingénierie financière de l'Université Paris-Dauphine, tandis que M.Bompard possède une maîtrise de droit public de l’Institut d’études politiques de Paris, ainsi qu’un diplôme de l’Ecole nationale d’Administration, promotion Cyrano de Bergerac (tout comme Chantal Jouanno, ex-ministre des sports sous le gouvernement Fillon).

Ce dernier débute sa carrière en 1999 à l’Inspection générale des finances (IGF). En quelques années, Alexandre Bompard enchaîne sept postes différents à hautes responsabilités, tout comme Régis Schultz à une différence près : Bompard change de fonction de manière quasi-frénétique, et ne passe rarement plus d’une année à chacune. En quatre ans à l’IGF, il passe par trois postes, marqués par sa nomination en 2003 comme conseiller technique de François Fillon, alors ministre des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité. En 2004, il intègre Canal+. Il est nommé directeur de cabinet du président de la chaîne. Un an plus tard, il prend du galon, et passe directeur des sports. Il y reste jusqu’en 2008, un record de longévité dans son parcours. Le passage d'Alexandre Bompard sur la chaîne cryptée est une réussite : fidélisation des abonnés, redressement des comptes, obtention des matchs du championnat de France de football ou encore rachat du concurrent TPS.

En 2008, il est nommé PDG d’Europe 1. Son passage sera marqué par un remaniement complet de la grille des programmes, ainsi que par le recrutement de personnalités emblématiques du Paf* comme Marc-Olivier Fogiel ou Marie Drucker. S’il est compliqué de mesurer précisément l’effet bénéfique de ses décisions sur Europe 1, la station connaît des recettes publicitaires croissantes durant sa présidence et décroche deux records d'audience en 2010. De son côté, Régis Schultz vient à peine de prendre ses nouvelles fonctions pour l’enseigne But, et en est déjà à son quatrième poste chez un distributeur.

Un goût certain pour le management

Lorsqu’Alexandre Bompard fait ses premiers pas dans le monde professionnel, Régis Schultz a déjà deux expériences professionnelles à son actif. Son parcours est résolument marqué par la constance, et ses débuts, par la finance. Après quatre années passées au contrôle de gestion d’Orangina Schweppes, il est successivement nommé directeur financier de la marque Pampryl, puis du spécialiste du bricolage Castorama. En 2004, il devient directeur de la stratégie et membre du conseil exécutif au sein du groupe Kingfisher. Et, une fois n’est pas coutume, il ne reste à ce poste qu’une année.

Pour autant, il ne quitte pas le groupe, et intègre l’enseigne de bricolage anglaise B&Q en tant que directeur commercial puis directeur général adjoint. Après quatre années au service du groupe Kingfisher, il prend la tête de l’enseigne But où il accompagne l'évolution des gammes de produits et des formats des magasins, s’appuyant notamment sur la promotion interne.

Aux commandes de But, l’enseigne gagne des parts de marché, et connaît une amélioration de son résultat. Il est à l'origine du lancement des But City en 2011. Et pilote le rachat de 60 magasins Sésame et 10 magasins Maga pour développer l'ensemble But Cosy, permettant à But d'accroître ses parts de marché (10.5 %) pour un chiffre d'affaires en progression de 0,4 % en 2012 (1.8 milliards d'euros), limitant ainsi la casse. Le marché du meuble est marqué à cette époque par une décrue de 3%.

Deux stratégies, un objectif : redresser la barre

A son arrivée à la Fnac, Alexandre Bompard a un plan d’actions clair pour l’enseigne : le  "Plan Fnac 2015". Trois grands axes préfigurent alors la vision du digital chez la Fnac : l’omnicanal, la proximité client et l’élargissement de l’offre produits. Chez Darty, même topo, et même volonté de frapper fort. Régis Schultz mise sur les "4D" : "Dynamiser le commerce, Digitaliser Darty, Développer la marque et Diminuer les coûts".

A l’image de leurs parcours, les méthodes diffèrent mais la volonté est la même. Celle de redresser la barre de l’enseigne que chacun pilote. Dans le cadre d’un éventuel rachat de Darty par la Fnac, une question reste néanmoins en suspens. Deux hommes que tout oppose, pourraient-ils s’entendre sur un défi commun ? Rien n’est moins sûr...

*Paysage audiovisuel français

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message