Marchés

Rachat de Mattel par Hasbro : la rumeur reprend

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Nouvel épisode au long feuilleton d'une éventuelle fusion des deux géants américains du jouet ! Selon la presse américaine, Hasbro se serait - une nouvelle fois - rapproché de Mattel pour lui proposer de le racheter. 

Selon un article du Wall Street Journal du 10 novembre 2017, Hasbro aurait proposé à Mattel de le racheter.
Selon un article du Wall Street Journal du 10 novembre 2017, Hasbro aurait proposé à Mattel de le racheter. © Hasbro / Mattel

Véritable "serpent de mer" sur le marché du jouet, l'éventuelle fusion des deux géants américains Hasbro et Mattel revient sur le devant de la scène. Selon un article du Wall Street Journal publié le 10 novembre dernier, Hasbro, actuel numéro deux du secteur aux Etats-Unis, aurait proposer à son rival historique, numéro un du jouet outre-Atlantique, de le racheter. Les deux groupes n'ont pas souhaité apporter de commentaires. 

Mattel fragilisé, Hasbro en forme

Ce n'est pas la première fois qu'une rumeur de rapprochement entre ces deux mastondontes agite le marché du jouet : depuis le milieu des années 1990 et encore début 2016, l'éventualité d'une fusion revient régulièrement. Cette fois-ci, elle intervient après l'annonce par Mattel de mauvais résultats pour le troisième trimestre de son exercice et d'un plan d'économie pour les deux prochaines années prévoyant, notamment, des fermetures d'usines, une restructuration du personnel et la suppression de 40% des marques du groupe pour se concentrer sur ses best-sellers comme Barbie, Fisher-Price ou Hot Wheels.

La rumeur est également relancée par la fragilité en bourse de Mattel qui, en un an, a perdu la moitié de sa valorisation boursière (environ 5 milliards de dollars aujourd'hui), soit deux fois moins que celle d'Hasbro. Fin octobre, Hasbro, lui, a annoncé une nouvelle hausse de son chiffre d'affaires (+7%) pour le troisième trimestre de son exercice. Tous deux, cependant, ont été fragilisé par le récent placement de Toys'R'Us sous le chapitre 11 de la loi des faillites américaine : le leader mondial de la distribution de jouet représente à lui-seul, quelque 10% du chiffre d'affaires des deux groupes.

Les "frères ennemis" du jouet pourraient-ils finir par faire jeu commun ? Rien n'est moins sûr mais la perspective d'une telle fusion a de quoi faire rêver : elle donnerait naissance à un véritable mastodonte, couvrant toutes les catégories du jouet et disposant de marques très puissantes, également de plus en plus travaillées en produits dérivés. De quoi tenir la dragée haute aux autres ayants-droits et géants de l'entertainment. 

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA