Rachat : mais qui sont donc les mystérieux Qataris du Printemps ?

|

Les syndicats du Printemps sont inquiets. Et comment ne pas l'être ? Le groupe passera, d'ici à l'été 2013, entre les mains d'investisseurs qataris dont on ne sait rien. Pas même leur nom... Pour éclaircir ce mystère, des syndicats envisagent même de lancer une procédure judiciaire pour délit d'entrave.

En somme, si la vente est bouclée, on n'a pas encore fini de parler du Printemps qatari. D'autant que le peu d'informations qui filtrent ne les rassure pas vraiment. Concernant le retrait du groupe Borletti, propriétaire aujourd'hui de 30% du capital du Printemps, « on parle de 500 à 600 M € de commissions », confie ainsi Bernard Demarcq, secrétaire général de l'Ugict-CGT.

Une manière de dire que certains sortiront bien enrichis de l'opération. Dernière cible en date ? Le PDG du Printemps, Paolo de Cesare, qui, indique le site Mediapart, « peut espérer sortir avec 22 M € au moment de la vente ».

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2270

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres