Rayons non essentiels : Auchan, Carrefour et Casino à l'heure du chômage partiel

|

Pour compenser le manque à gagner de la fermeture des rayons dits "non essentiels", plusieurs enseignes mettent en place le chômage partiel, avec des systèmes de compensation différents. 

Les propositions de chômage partiel se feront au cas par cas dans chaque grande surface de l'enseigne Auchan.
Les propositions de chômage partiel se feront au cas par cas dans chaque grande surface de l'enseigne Auchan.© Caroline Faquet

La répercussion des rayons bâchés et fermés arrive sur le front social. Mardi 10 novembre 2020, des CSE se sont déroulés dans l’ensemble des hypermarchés Auchan, afin de compenser la fermeture des rayons jugés non essentiels demandée par l'Etat durant cette période de confinement. La mise en place de ce dispositif sera effective « dans le courant de la semaine », selon cette même source. Même organisation du côté de Casino. Carrefour ne confirme pas encore le déploiement mais y réfléchit.

Tous mettent en avant le manque à gagner dû à la fermeture de rayons dits "non essentiels" demandée par l'Etat durant ce deuxième confinement lié au covid-19. Chez Auchan, il représenterait entre "25 et 40 % de l’activité des grandes surfaces", selon le porte-parole du groupe Auchan Retail France. Autre motif : les hypermarchés seraient en baisse de fréquentation.

Des salariés réaffectés

Le bilan comptable de ces magasins varie selon leur situation. C’est pourquoi les CSE se tiennent dans tous les magasins avec des propositions différentes dans les enseignes où le dispositif est confirmé, chez Auchan et Casino. Dans la première enseigne, certains salariés pourraient ainsi être reclassés dans les secteurs où l’activité est plus forte, dans les supermarchés et les drives notamment, afin de limiter le chômage partiel. Ce dispositif prévoit actuellement une compensation de l’Etat à hauteur de 84 %, Auchan indique qu’il ne compensera pas les 16 % restants.

Géant et Monoprix concernés

Pour le groupe Casino, la situation varie selon les enseignes. Les hypermarchés Géant et certains Monoprix sont concernés par l'arrêt partiel de l'activité de certains salariés. Là aussi, tout se décide dans des CSE qui se tiennent dans chaque magasin. Les magasins Géant prévoient de compenser les salaires des collaborateurs qui seront impactés par le chômage partiel. A date, difficile de savoir combien de salariés seront concernés par cette mesure.

En projet chez Carrefour

Comme eux, Carrefour envisage également le chômage partiel pour les mêmes motifs. L’activité partielle porterait au maximum sur 50% de l’activité des salariés concernés. Carrefour précise qu’il compenserait dans ce cas le manque à gagner des salariés concernés. Si elle est confirmée, la demande d’activité partielle serait "formulée pour le mois de novembre mais pourra être arrêtée dès ouverture du non alimentaire", précise encore Carrefour à LSA.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations