Raz de marée du format de poche

· Nouveaux produits, nouveaux acteurs, le petit monde des PC de poche est en effervescence · Un marché difficile mais à fort potentiel pour la grande distribution

Mais quelle mouche a donc piqué les industriels ? Pendant des années, le marché des PC de poche et autres assistants personnels a vécu relativement discrètement, animé par quelques acteurs comme Psion, Hewlett-Packard ou US Robotics (3Com depuis quelques mois). Les deux premiers pour la promotion d'un micro-ordinateur miniaturisé et de plus en plus communicant ; le troisième défendant un concept de produit (le Palm Pilot) sans clavier mais équipé d'un écran tactile et tenant dans la main, outil de productivité personnelle et de communication, positionné comme un périphérique du micro-ordinateur.

Or, voici que, depuis quelques mois, les annonces produits se multiplient, de la part d'acteurs parfois totalement novices sur ce marché. Plusieurs raisons expliquent cette effervescence. D'abord, l'explosion des marchés de l'informatique familiale et du radiotéléphone. Au bureau comme à la maison ou dans sa voiture, l'heure est à l'informatique et à la communication. Les outils doivent suivre, pour satisfaire les besoins de communication multimédia (voix, images et données), selon un format qui permette la mobilité.

Un pari pas si absurde

Mais un troisième facteur est intervenu pour stimuler les velléités industrielles. Soucieux de sortir du carcan de l'informatique professionnelle, Microsoft a développé Windows CE, un système d'exploitation dérivé de celui (Windows 95) qui équipe plus de 90% des micro-ordinateurs à travers le monde. Pour les industriels, Windows CE représente l'opportunité de mettre en oeuvre une plate-forme de développement standard, offrant en principe toutes les garanties présentes et futures de communication avec le grand frère PC. Reste que la notoriété de tels outils, la gamme Psion exceptée, se limite encore aux milieux professionnels. Mais la présence et/ou la montée en puissance d'acteurs tels que Sharp, Casio, Texas Instruments, Goldstar ou Philips, Compaq, Hitachi, Samsung traduit leur volonté de développer, à court et moyen terme, la diffusion des formats de poche auprès du grand public. Un objectif difficile à atteindre. Il faudra beaucoup expliquer et promouvoir pour que, dans la foulée du micro-ordinateur et du GSM, le grand public s'intéresse de près à cette famille de produits encore mal segmentée.

La distribution acceptera-t-elle de relever le défi, de travailler à la promotion d'un marché qui devrait péniblement dépasser le million de pièces en 1998 en Europe ? Cela suppose d'expliquer à la clientèle le potentiel de ces produits, les différences entre un agenda électronique vendu 500 F et un PC de poche à 5 000 F.

Certains grands multispécialistes comme la Fnac, où les Séries 5 de Psion ont été l'an dernier très bien soutenues, n'ont guère le choix. L'agitateur doit en effet assumer son image de « vitrine technologique », même si les volumes ne sont pas encore au rendez-vous. Mais, au-delà de ces handicaps, les PC de poche offrent justement à beaucoup d'enseignes, même alimentaires, l'opportunité d'affirmer une image technologique et de profiter des efforts consentis depuis plusieurs années pour le rayon micro. Le pari d'un développement de la distribution des PC de poche n'est donc pas absurde, malgré le coût souvent très élevé de ces produits.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1585

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message