Recul sensible du résultat opérationnel de Casino au premier semestre 2015

|

La marge opérationnelle de Casino recule sensiblement à 2,2% du CA au 1er semestre 2015 (contre 3,5% en 2014). Mais le groupe compte bien effacer sur les 6 derniers mois de l’année les pertes opérationnelles de la France et du e-commerce à la faveur de fondamentaux de nouveau très solides, notamment dans l’Hexagone.

2Jean-Charles Naouri.jpg
2Jean-Charles Naouri.jpg© © FRANÇOIS DABURON

Encore difficile sur certaines activités, mais les signes du redressement sont là. C’est ainsi qu’on pourrait résumer les résultats semestriels que le groupe Casino a présenté ce 30 juillet à Paris. Le résultat opérationnel du groupe est en effet en net repli par rapport au premier semestre de 2014 à 521 millions d’euros contre 847 millions, soit une marge opérationnelle de 2,2% contre 3,5% un an plus tôt. 

 

Graphique 1 : Des marges attaquées au premier semestre

La France est même dans le rouge avec un résultat opérationnel négatif de 53 millions d’euros, à peine mieux que Cnova, la branche e-commerce dont le ROC accuse une perte de 55 millions. En fait, il n’y a que l’Asie qui voit sa marge opérationnelle progresser par rapport au S1 de 2014 avec 138 millions engrangés contre 107 un an plus tôt. Le Brésil souffre lui clairement d’une conjoncture économique difficile, qualifié de "récession" par Jean-Charles Naouri, le patron de Casino. En particulier l’activité non alimentaire prise dans un double effet ciseaux de forte hausse des taux d’intérêt et de baisse de comparaison très défavorable. Au Brésil, l’inflation rapide des coûts (énergie, salaires) pèse sur la marge du 1er semestre. Mais des plans d’efficacité opérationnelle ont été lancés pour compenser cet effet sur la deuxième partie de l’année indique le groupe. Les autres filiales d’Amérique Latine (Colombie, Uruguay et Argentine) maintiennent des niveaux de marges satisfaisants.

 

GRAPHIQUE 2 : La France et le e-commerce dans le rouge au premier semestre

 

Enfin côté e-commerce, ce sont les investissements - "nécessaires" selon Jean-Charles Naouri – en logistique et en IT qui ont pesé sur les coûts mais leurs effets devraient s’estomper au second semestre assure le PDG. De même que l’activité France qui devrait se redresser et "approcher les 380 millions de résultats opérationnels visés par le consensus", pronostique même Antoine Giscard d’Estaing, le directeur financier du groupe.

Stimulés par les baisses de prix des deux dernières années, le trafic et les ventes en volumes de Géant et de Leader Price sont en croissance très sensible. Et si les effets des baisses de prix sur les marges se faisaient encore sentir au premier semestre ce n’est plus le cas désormais assure Casino. Poussés par ce que Jean Charles Naouri qualifie de "vent porteur" la rentabilité opérationnelle de la France devrait donc retrouver son niveau de 2014 pronostique le groupe. Quant au e-commerce, il devrait aussi se redresser et profiter du poids grandissant de l’activité market place qui "doit très rapidement atteindre 40% de nos volumes d’affaires contre 33% aujourd’hui et progresser également au brésil", indique le patron de Casino. Sachant que c’est sur cette activité que repose une grande partie de la rentabilité de ce business.  

 

GRAPHIQUE 3 : L'amérique Latine, l'asie et le E-Commerce tirent la croissance

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter