Réforme de la formation professionnelle 2018 : les points clés du projet

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Après la loi Travail, le gouvernement s’attaque à la réforme de la formation professionnelle, en reprenant l’essence de la précédente réforme votée en 2014 sous François Hollande. L’alternance, le compte de formation professionnelle, le conseil en évolution professionnel… Le point sur les changements à prévoir au vue du texte de cadrage proposé par le gouvernement. 

Student girl with trainer working on computer and tablet
Student girl with trainer working on computer and tablet© goodluz - Fotolia

Apres les intentions, la phase d’action. Celle-ci a débuté au mois de novembre 2017, lorsque Muriel Pénicaud, ministre du travail (et ex-DRH de Danone) a remis la feuille de cadrage sur la réforme professionnelle aux partenaires sociaux, dans le but d’ouvrir une éventuelle négociation entre syndicats et patronat. « Aujourd’hui, Emmanuel Macron redit que la formation est vitale pour la compétitivité d’un pays, ce qui n’est pas forcément ancré dans les mentalités, surtout en France », souffle un proche du dossier. Concrètement, que propose cette feuille de route ?

L’alternance simplifiée

La réforme professionnelle de 2014, votée sous la présidence de François Hollande, a eu la volonté de simplifier les voies de l'alternance. Il existe en effet aujourd'hui le contrat de professionnalisation, géré par les Organismes paritaires collecteurs agréés (Opca), et le système d’apprentissage géré par les régions (les centres d’apprentissage notamment). Aujourd’hui, l’idée est d’aller encore plus loin en créant un référant unique pour l’apprentissage. La collecte de la taxe d’apprentissage reviendrait, a priori, aux branches professionnelles, qui reversent actuellement la moitié des sommes perçues aux régions.

Le compte personnel de formation (CPF) optimisé 

Le compte personnel de foramtion (CPF) a vu le jour en 2014, en remplacement du Droit individuel à la formation (Dif). Problème : le site est loin d'être optimal pour ses utilisateurs. L’objectif est donc, là aussi, de simplifier la plateforme existante en ligne afin de permettre à chaque salarié de connaitre facilement ses droits à la formation, mais aussi les postes à pourvoir dans sa région. Avec, en plus, un focus sur les formations qui conduisent à ces emplois, leur taux d'insertion, ainsi que les heures et les jours pendant lesquels elles ont lieu. Autre limite actuellement pointée : les formations sont comptabilisées en termes d’heure… Mais comment comptabiliser par exemple les contenus en ligne en se référant à un nombre d’heures ? Il se murmure qu’un système de points pourrait faire son apparition.

Le conseil en évolution professionnelle musclé

Créé lui aussi en 2014, ce dispositif d'accompagnement gratuit et personnalisé propose à toute personne de faire le point sur sa situation professionnelle et, éventuellement, d’établir un projet d'évolution professionnelle (reconversion, reprise ou création d'activité...). Avec cette nouvelle réforme, le gouvernement souhaiterait muscler financièrement cette structure afin qu’elle devienne un outil plus efficace.

Les débats entre patronat et syndicats devraient prendre fin le 16 février 2018, après une dizaine de réunions de travail, au total.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA