Marchés

Remaniement ministériel : le commerce et l’agroalimentaire montent en grade

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Contrairement à ce qu'indiquent la plupart des commentateurs, le nouveau gouvernement Ayrault 2 n’est pas qu’un simple ajustement.

Sylvia Pinel
Sylvia Pinel

Certes, il n’y a que quatre nouveaux ministres, notamment Guillaume Garot, maire de Laval nommé ministre délégué à l’agroalimentaire et Thierry Repentin, nommé à la formation professionnelle, ou Delphine Batho, mais on observe un changement des périmètres. Ainsi, Sylvia Pinel devient ministre du Commerce, de l’artisanat et du tourisme de plein exercice, et non plus en tant que déléguée du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. De ce fait, celui-ci voit un pan considérable de l’Economie lui échapper.

Du renfort sur l'agroalimentaire

Ce n’est pas tout. Le ministère de l’Agriculture, avec l’arrivée de Guillaume Garot en tant que ministre délégué à l’agroalimentaire reportant à Stéphane Le Foll, a pour la première fois de son histoire deux ministres de plein exercice. Pour un peu, il y en avait trois, avec Frédéric Cuvillier, en charge de la Pêche, mais le ministère de la Mer reporte à la nouvelle nommée Delphine Batho, en charge de l’Ecologie. Le président de la FNSEA, Xavier Beulin avait même demandé en plus un ministère pour la Ruralité, mais il n’a pas été entendu, sans quoi le ministère de l’Agriculture devenait un véritable gouvernement à lui tout seul. Mais il n’est pas étonnant que Stéphane Le Foll veuille du renfort pour l’agroalimentaire alors que de nombreuses sociétés, comme Doux, connaissent des revers de fortune dans ce secteur. Et Guillaume Garot, comme Stéphane Le Foll, sont des élus de territoires, la Mayenne et la Sarthe, où les sociétés agroalimentaires ne manquent pas, comme Lactalis à Laval ou LDC à Sablé sur Sarthe. Pour l’instant, le dossier Doux est plutôt dans les mains d’Arnaud Montebourg.

Une organisation complexe

Comment les trois ministres vont-ils se répartir les tâches ? C’est à suivre. A noter aussi la montée en puissance de Benoît Hamont, ministre de l’économie solidaire, qui élargit son portefeuille à la Consommation, jusqu’alors plutôt accolée aux PME et au commerce. Sous quel angle va-t-il se charger de ce domaine ? Celui des associations de consommateurs ou sous l’approche macro-économique ? Enfin, le commerce extérieur a désormais un ministre de plein exercice en la personne de Nicole Bricq, ancienne sénatrice et éphémère ministre de l’Ecologie du gouvernement Ayrault 1. Ce nouveau "mappage" gouvernemental apparaît encore plus complexe que le précédent. Les périmètres d’intervention de chaque ministre semblent difficiles à élaborer et ce schéma d’organisation exigera sans doute beaucoup de cohésion gouvernementale.  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA