Rendre les assistants vraiment intelligents nécessitera un corps de robot, selon le créateur d'Alexa

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Pour le vice-président et responsable scientifique d'Alexa, Rohit Prasad, les machines devront expérimenter par elles-mêmes le monde physique pour devenir réellement intelligentes et capables d'avoir de vraies conversations avec les humains.

Les créateurs de Battlestar Galactica ont pensé la même chose.
Les créateurs de Battlestar Galactica ont pensé la même chose.© Creative Commons Attribution

Lors de la conférence EmTech Digital sur l'intelligence artificielle le 26 mars à San Francisco, le vice-président et responsable scientifique d'Alexa, Rohit Prasad, a déclaré : "La seule façon de fabriquer des assistants intelligents vraiment intelligents, c'est de leur donner des yeux et de les laisser explorer le monde". D'après lui, Alexa se débrouille encore assez mal lorsque l'utilisateur ponctue sa requête de "hum" ou essaie de poursuivre la conversation par une deuxième phrase. Pourquoi ? Parce que le langage est par nature ambigu et que l'IA ne dispose pas des éléments lui permettant de l'interpréter. Elle peut certes arriver à contourner le problème en s'aidant d'informations contextuelles. "Joue telle chanson" peut la conduire à jouer une reprise plutôt que l'original si les utilisateurs alentours écoutent surtout la reprise. Pour décider si la question "quelle température fait-il ?" fait référence à la température extérieure ou à celle que mesure le thermostat connecté du domicile, elle peut essayer de se reporter aux requêtes similaires déjà formulées dans le passé. Mais selon Rohit Prasad, ces informations contextuelles ne suffisent pas : certaines phrases nécessitent une meilleure compréhension du monde, l'équivalent de ce qu'on appelle le bon sens. Certains chercheurs se consacrent donc à permettre à des machines de bâtir leur propre bon sens. Pour y parvenir, et donc pour permettre aux machines de devenir bien plus intelligentes et notamment de maîtriser réellement le langage, il est très possible qu'il faille leur permettre de se forger leur propre expérience physique du monde, pour leur apporter une somme de feedbacks visuels, auditifs et tactiles, défend en tous cas le créateur d'Alexa. Même si, selon les rumeurs, Amazon serait en train de bâtir un robot pour la maison, Rohit Prasad n'a absolument pas annoncé que la firme travaillait sur un robot capable d'héberger Alexa. Toutefois, ses réflexions montrent qu'Amazon envisage l'intelligence artificielle bien au-delà de son assistant audio.

Les machines intelligentes autonomes auront-elles des émotions ?

Allant plus loin encore dans la prospective en matière d'intelligence artificielle, en l'occurrence en matière de machines intelligentes autonomes, Yann LeCun, pilier du renouveau du deep learning et directeur de l'IA chez Facebook, expliquait le 27 mars en recevant le prix Turing (équivalent du prix Nobel d'informatique) : "Les machines autonomes auront des émotions. C'est inévitable parce que les émotions sont inséparables de l'intelligence. [...] Les émotions sont liées à la capacité d'anticipation, par exemple. Quand on a peur, c'est qu'on anticipe une situation qui peut devenir dangereuse. [...] Les machines autonomes intelligentes devront avoir cette capacité à prédire, planifier donc anticiper le résultat positif ou négatif d'une séquence d'actions ou d'une situation. Donc les émotions sont vraiment insécables de l'intelligence autonome. Aujourd'hui, la plupart des machines qu'on qualifie d'intelligentes ne sont pas vraiment autonomes : elles sont faites pour conduire une voiture, détecter des tumeurs dans les images médicales, etc. Celles-là n'auront pas besoin d'autonomie, donc d'émotions. Mais il n'y a rien de magique dans les émotions. Les émotions sont calculées par le cerveau, comme le reste. On peut imaginer des machines intelligentes qui ont une partie de leur cerveau, logiciel ou électronique, qui calcule leur contentement. C'est similaire aux ganglions de base dans le cerveau humain."

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA