Franchise Expo Paris 2014

Restauration : Steak’n’shake, My little Warung, Llaollao, ou Waffle factory, la franchise séduit les marques en devenir

|

Ils s‘appellent Steak’n’shake, My little Warung, Llaollao, ou Waffle factory et ils sont encore peu connus dans l’hexagone, mais affichent de grandes ambitions grâce à la franchise.

Ambiance restaurant
Ambiance restaurant© DR

Le  salon de la franchise, qui se tenait au parc des expositions de la Porte de Versailles entre les 23 et 26 mars, regroupait des mastodontes établis, comme le groupe Le Duff, Courtepaille, le groupe Bertrand ou encore Buffalo-Grill, mais aussi des nouveaux venus, en pleine phase de développement, pour qui la franchise représente un important levier de développement. Ainsi, le français My little Warung, dont la première unité a ouvert voici deux ans à Grenoble affiche un objectif de 15 points de vente à fin 2014, et le double fin 2015. « Nous définissons la franchise comme un service », explique Brice Dervaux, l’un des trois co-fondateurs. « Notre contrat de franchise apporte énormément au franchisé, comme par exemple les tableaux de bord mensuels qui lui donnent un réelle visibilité. Nous l’accompagnons vraiment dans son développement ». 

D’autres préfèrent vanter la rentabilité immédiate de leur concept à leurs futurs franchisés. C’est le cas de Waffle Factory, qui exploite actuellement 22 points de vente en France et prévoit 5 ouvertures en 2014. Avec un ticket moyen constaté de 6,50 euros, cette enseigne, spécialisée dans la gaufre, promet une marge brute de 72 à 75 %. De quoi susciter les vocations. ..

Aller vite

Autre exemple avec Llaolloa, une jeune chaîne espagnole oeuvrant sur le créneau, très en vogue, du yaourt glacé. Avec huit points de vente en France, et 150 à travers le monde, cette chaîne prévoit, elle aussi, de se développer très rapidement : « le secteur du yaourt glacé est nouveau. Tout reste à faire sur ce marché vierge en France. Nous estimons qu’il faut un produit de qualité, et nous l’avons, mais qu’il faut également se développer rapidement pour ne pas se faire doubler. Seule la franchise nous permet d’aller vite », insiste David Lopez, directeur Général France de Llaolloa.

Pour Steack’n’shake, qui souhaite agrandir, en France, son parc fort de plus de 500 établissements à travers le monde, la franchise s’impose d’elle-même. Mais il faudra tout de même un apport personnel de 200 000 euros minimum pour se retrouver à la tête d’un des rois du steakburger.  Le prix, aussi, du rêve américain.

 

 

 

Ils ont dit
« Nous définissons la franchise comme un service » Brice Dervaux, My little Warung
« Nous estimons qu’il faut un produit de qualité, et nous l’avons, mais qu’il faut également se développer rapidement pour ne pas se faire doubler. ». David Lopez, Llaolloa.

               

 

Les condtions d'accès à : 
Waffle Factory
14 000 euros : droit d’entrée
5 % : Royalties
Entre 200 000 et 250 000 euros : Investissement
 
Llaollao :
9000 euros : droit d’entrée
6% : Royalties
A partir de 100 000 euros : Investissement

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message