Résultats : Seb résiste à la crise, excepté en Europe occidentale

|
Thierry De La Tour d’artaise, PDG du groupe seb
Thierry De La Tour d’artaise, PDG du groupe seb

Malgré un ralentissement de la consommation dans les pays matures et les zones émergentes et après deux années « records », Seb a engrangé un chiffre d'affaires de 4,06 milliards d'euros en 2012. En hausse de 2,4% à parités courantes, et en très léger repli (- 0,9%) à périmètre et parités constants. C'est outre-Atlantique que le groupe enregistre ses plus fortes progressions : 11,6% à parités courantes en Amérique du Nord (la dépréciation de l'euro face au dollar a créé un effet de change positif) et 5,6% en Amérique du Sud. En Asie, la situation varie énormément selon les pays, entre un recul de la demande en Chine (où Seb est fortement implanté via sa filiale Supor), et des progrès au Japon, en Thaïlande, Malaisie... De même, le groupe poursuit sa croissance en Europe centrale, notamment en Russie, véritable locomotive de la zone. Morosité marquée en revanche en Europe occidentale, et en France en particulier. Dans l'Hexagone, le groupe enregistre une baisse annuelle de son chiffre d'affaires de 2,4%, à 688 millions d'euros malgré les lancements réussis de son autocuiseur intelligent Cookeo ou de son fer à repasser sans cordon Free Move. Sur les autres pays européens, les ventes décrochent de 6% à parités courantes, plombées par les fortes régressions des marchés grec, espagnol, italien et portugais.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2259

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations