Réussir son entrée dans la franchise en 4 étapes

Tout le monde a, un jour ou l'autre, rêvé de se mettre à son compte. Mais combien ont reculé face aux risques encourus ? Pour toutes ces raisons, la franchise remporte, année après année, un succès toujours croissant.

Secteur particulièrement dynamique, la franchise attire de plus en plus de candidats. Mais il leur faut franchir un certain nombre d'étapes...
Secteur particulièrement dynamique, la franchise attire de plus en plus de candidats. Mais il leur faut franchir un certain nombre d'étapes...© GETTY IMAGES/CULTURA RF

Toute la franchise

Toute la franchise

Plus de 1800 concepts éprouvés vous attendent

créez votre entreprise

Peu de secteurs peuvent se vanter d'être aussi dynamiques. En 2009, on comptait en France 51 619 franchisés pour 1 369 franchiseurs, soit une hausse respective de 5,1 et 10,1%. La récession n'y est pas complètement étrangère. Pour les réseaux de distribution, la franchise est plus que jamais un moyen de se développer à moindre frais. Quant aux salariés... « La grande masse des candidats à la franchise ont dans 40-50 ans et viennent de se faire licencier, témoigne Michel Kahn, président de la Fédération des réseaux européens de partenariat et de franchise (Iref). Trop jeunes pour s'arrêter, ils sont tenus d'investir pour s'acheter un salaire. » Un constat qui ne doit pas faire oublier les arguments qui les mènent vers la franchise.

Avant tout, elle permet de ne pas démarrer de zéro grâce à un concept déjà rodé. Ensuite, les apprentis entrepreneurs peuvent compter sur le soutien et les conseils de leur réseau pour s'implanter, communiquer auprès des clients. Pour ceux qui seraient tentés par l'aventure, le Salon de la franchise se tiendra du 20 au 23 mars à Paris, réunissant plusieurs centaines de franchiseurs issus de tous les secteurs. En attendant, LSA donne les clés pour tout savoir avant de se lancer dans l'aventure.

 

 

1-Pas question de se lancer tête baissée, il faut bien cerner son projet...

 

 

« Un salarié doit bien comprendre qu'on est chef d'entreprise jour et nuit, travail et vie personnelle ne font plus qu'un », averti Chantal Zimmer, déléguée générale de la Fédération française de la franchise (FFF). Choisir un univers qui vous convient ? Oui, mais également le rythme qui va avec ! Entre le fleuriste, en contact direct avec la clientèle, ouvert sept jours sur sept, et le bureau de formation en langue, rythmé par la vie d'entreprise, et donc fermé le week-end, il y a un monde...

Mais la solution peut aussi venir d'une étude de marché de la zone de chalandise visée. « J'avais déjà une franchise dans la téléphonie mais je me suis rendu compte qu'il n'y avait pas de parfumerie dans la ville », se souvient Thierry Ruys, adhérent Beauty Success à Fumel, près de Cahors, depuis le mois d'octobre dernier. Il a fait alors le tour des différentes franchise du monde de la beauté, avant de s'arrêter sur Beauty Success, qui l'a aidé à réaliser une étude de marché sur sa zone de chalandise.

 

 

 

2-Bien sélectionner son franchiseur pour être bien accompagné...

 

 

Le cauchemar ? Celui qui n'a pas les moyens humains pour accompagner les nouveaux venus. Pour éviter les impairs, la FFF a mis au point un questionnaire qui passe en revue les 30 points clés à vérifier avant de s'engager, disponible gratuitement sur son site internet. Quelle est sa vision du marché ? Ses produits sont-ils de qualité ? Combien de franchisés ont ouvert et fermé ces cinq dernières années ? Etc. Sur cette base, il faut ensuite mener une enquête de terrain. « Un bon franchiseur ne doit pas avoir peur de donner la liste de ses magasins », assure Dominique Munier, directeur général de Monceau Fleur. En effet, il est impératif de rencontrer quelques franchisés pour les questionner sur leur expérience. Cela permet d'être rapidement fixé ! Mais attention, la motivation des candidats va aussi être évaluée. La plupart des enseignes les envoient quelques jours en magasin. Officiellement, c'est pour que le franchisé se fasse une idée du terrain. « Mais c'est aussi l'occasion de recueillir l'avis d'un membre du réseau sur la qualité du candidat », explique un franchiseur. Pas question de rester les mains dans les poches donc.

 

 

 

3-Une fois le choix arrêté, il faudra encore franchir la barrière de l'investissement...

 

 

« Il y a parfois un décalage entre les aspirations des candidats et leur capacité d'investissement », reconnaît Chantal Zimmer. Droit d'entrée, droit au bail, aménagement... Si à peine plus de 10 000 € suffisent pour lancer un Pizza Hut, il faut en compter au moins 200 000 pour ouvrir un Mr. Bricolage. Et bien plus encore pour se lancer dans l'hôtellerie... « En moyenne, les gens qui viennent nous voir ont entre 40 000 et 60 000 € en poche », évalue Michel Kahn, de l'Iref. Heureusement pour eux, les banques voient d'un meilleur oeil les salariés qui font le pari de la franchise que ceux qui tentent l'aventure en solo. La plupart finance un dossier jusqu'à hauteur de 70%. Quant à ceux qui n'ont pas réussi à négocier un gros chèque avant de quitter leur entreprise, ils auront intérêt à courtiser les fonds d'investissements spécialisés dans la franchise qui se développent en ce moment. « Si un candidat a besoin d'apporter 200 000 € à son banquier, mais qu'il n'en a que 100 000, nous sommes prêts à lui apporter l'autre moitié », explique Hubert Lansac, fondateur de Franchise Finance. À l'image des grands fonds, les conditions de rachat du capital sont fixées dès le début, pour une durée moyenne de cinq ans. Une aubaine.

 

 

 

4-Ne pas hésiter à faire appel au réseau pour prendre ses marques...

 

 

De la première prise de contact à l'ouverture du magasin, il peut s'écouler entre six et douze mois. Le plus dure reste pourtant à venir après le jour de l'ouverture ! Pour éviter de trébucher, les nouveaux franchisés ont intérêt à solliciter au maximum l'expertise de leur réseau afin de peaufiner l'aménagement du magasin, les assortiments, etc. Pour Thierry Ruys, la disponibilité des équipes de Beauty Success est pour beaucoup dans le bon démarrage de son magasin, ouvert depuis presque six mois. « Encore le mois dernier, j'ai eu un passage pour l'organisation de la surface de vente, et un autre pour la gestion des cabines de soin », se félicite-t-il. Reste que pour tenir la concurrence à distance, les bonnes vieilles recettes sont immuables. « Le profil type qui va réussir est entreprenarial et un état d'esprit commerçant », analyse Nicolas de Monteville, directeur commercial et développement de l'enseigne de prêt-à-porter Grain de Malice. Plutôt rassurant. A priori, sourire à ses clients est à la portée de tout le monde...

Les chiffres...

  • 51 169 :  Le nombre de franchisés.
  • 1369 : Le nombre de franchiseurs.
  • 30 % : La part de l'investissement de base dont il faut disposer pour obtenir un prêt bancaire.

Source : Observatoire de la franchise

           

Rendez-vous...

 

Le Salon Franchise Expo Paris aura lieu du 20 au 23 mars à Paris Expo, porte de Versailles :

  • Plus de 450 marques exposées venues de France, mais aussi de Belgique, d'Italie, d'Espagne, du Portugal, du Canada, de Singapour...
  • De conférences, des villages...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message