Marchés

Robert Volut,président du centre de liaison des industries de la transformation de viande (CLITRAVI): « Nous défendons les intérêts de la charcuterie en Europe »

|

LSA - Vous venez d'être élu à la présidence du Clitravi. À quoi sert cette association et sur quels sujets travaille-t-elle ?

Robert Volut - Le Clitravi compte 24 fédérations sur 27 pays membres. Sa raison d'être est la défense de l'industrie de la charcuterie en Europe. Nous sommes mobilisés sur un certain nombre de sujets. À commencer par le dossier nutrition. Nous défendons la place de nos produits et leurs recettes dans un régime alimentaire équilibré. Notre industrie fait également les frais de campagnes anti viande extrêmement grossières. Enfin, nous travaillons sur l'origine afin qu'elle porte sur le lieu de transformation des produits et non pas sur l'origine de la matière première.

 

LSA - Quel est le poids de la charcuterie en Europe ?

R. V. - Son chiffre d'affaires est de 66 milliards d'euros pour 9 millions de tonnes de produits. L'industrie de la charcuterie française contribue à 10 % de ce montant. En Europe, la charcuterie mobilise 560 000 personnes et 15 000 entreprises. Son poids est loin d'être négligeable par rapport au chiffre d'affaires global de l'industrie agroalimentaire, qui atteint 954 milliards d'euros.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter