Roselyne Bachelot n'exclut pas d'obliger les distributeurs au retrait des confiseries en caisse

|

La ministre de la santé « se réserve » le droit d'en appeler à la « contrainte » en cas d'insuccès de mise sur pied, sur une base volontaire, d'une charte concernant le retrait des confiseries en caisse et les publicités alimentaires dans les programmes p

« J'ai privilégié dans un premier temps une démarche volontaire. C'est-à-dire que j'ai appelé autour de la table de négociation et de discussion, les industriels, les associations des consommateurs, les responsables des hypermarchés et également bien sûr les annonceurs, ceux qui ont besoin de cela pour financer un certain nombre de programmes. » indique la ministre de la santé qui « invite un certain nombre de ces acteurs qui ont refusé de s'assoir à la table de négociation pour l'instant, à le faire (...) parce que c'est un vrai sujet de santé publique et qu'ils ont tout intérêt à bâtir de manière volontaire une charte qui aura de la substance ». Roselyne Bachelot ne le cache pas : « J'ai privilégié la voie volontariste, mais évidemment je me réserve -si nous n'y arrivions pas- la possibilité d'en appeler à la contrainte ».
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter