Marchés

Routin et Teisseire déclinent les sirops en dosettes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Lancement - Teisseire et Routin lancent simultanément des dosettes de sirop. Portés par le dynamisme du secteur, ils comptent recruter des consommateurs en menant des opérations de cross-merchandising. Des produits qui s'inscrivent dans la tendance nomade.

Après le café, le sucre et la lessive, voici le sirop en dosettes. Encouragé par le regain de dynamisme des sirops, le numéro un, Teisseire, se lance avec sa gamme Teissi, suivi de près par le deuxième acteur, Routin, sous sa marque Fruiss. Avec cet emballage, Teisseire et Routin comptent bien grignoter quelques parts de marché sur le prêt-à boire : les boissons à base de fruits plates ou les eaux aromatisées. « Emmener son bidon au bureau, dans sa salle de sport ou en pique-nique n'est pas évident, explique Jean-François Hettler, directeur du marketing de Teisseire. Nous souhaitions lancer un produit plus individuel. » Or, la dosette présente cet avantage, et elle est devenue incontournable sur quelques marchés : les mini-doses totalisent 16 % en volume du marché du café, 21 % de celui des lessives et les petites briques, 11 % du marché des jus de fruits.

Donner un nouveau statut au sirop

Toutefois, les approches entre les deux acteurs des sirops diffèrent légèrement. « Nous voulons sortir le sirop de son statut de boisson collective, le bidon unique qui doit satisfaire toute la famille », plaide Jean-François Hettler. Une bonne raison pour que ses mini-doses sortent par lots panachés : 15 sticks de 20 ml contenant trois parfums. Ainsi, le packaging jaune contient 5 dosettes de sirop de pêche, 5 du parfum tropical et 5 d'Ice Tea Mangue. Le fabricant de Crolles (Isère) en profite aussi pour pousser sa dernière innovation, le Teisseire 0 % de sucre. L'une des trois références - la bleue - contiendra trois parfums... sans sucre. Seul bémol : un packaging bas de gamme. Les Teissi sont contenus dans un verre en carton façon Coca-Cola chez Mc Donald fermé par un couvercle en plastique, le tout « scellé » par deux bouts de scotch. Cette fermeture à la limite de l'artisanal pourrait tenter les resquilleurs. « Notre système d'inviolabilité correspond aux standards des offres individuelles. Pour autant, nous travaillons à son optimisation », répond Jean-François Hettler.

La nécessité de recruter

Son concurrent savoyard Routin présente actuellement aux acheteurs de la distribution les Mini Fruiss, 10 sticks d'un même parfum (grenadine, citron ou menthe) emballés en boîte carton et sans sucre. Trois références auxquelles s'ajoute Mini Fruiss Cocktails, une boîte panachée de dosettes de vanille, caramel et noisette. Des parfums originaux que Routin espère implanter au rayon spiritueux. « Au dos de nos packagings, nous avons prévu une attache européenne pour pouvoir suspendre nos boîtes de dosettes ailleurs que dans le linéaire sirops », prévoit Maryline Hochard, responsable du marketing de Routin.

Les deux acteurs comptent se lancer dans le cross-merchandising (lire encadrés), un moyen de recruter des consommateurs (61,8 % de foyers acheteurs) tout en augmentant la fréquence d'achat (5,4 actes par an) et les quantités achetées (1,1 litre par achat). Des données qui stagnent désespérément.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA