Rue du Commerce lance le premier centre commercial digital

|

Rue du Commerce dévoile une nouvelle identité et une navigation inspirées des centres commerciaux. Et annonce un positionnement plus sélectif.

Un logo revisité qui capitalise sur l'esprit du commerce et des rues, une nouvelle signature qui exprime la promesse de la marque « ma rue, mes boutiques, mes envies », Rue du Commerce fait peau neuve avec un site plus lisible où la navigation est transformée. Sur la page d'accueil du site, l'internaute se promène dans des rues différentes, de la « Rue de l'informatique », à la « Rue de la mode » en passant par la « Rue de la maison ». Un dépoussiérage en profondeur.

 

Enseignes physiques

Car, depuis la reprise en 2011 par le groupe Altaréa, le site, qui a lancé sa place de marché en 2007, a affiné son positionnement et fait le ménage. Après avoir sorti les 200 marchands les moins qualitatifs, il en a recruté 250, dont 30 issus du monde physique. Avec ces nouvelles enseignes, le site représente l'équivalent de 10 centres commerciaux, avec 750 marchands partenaires et plus de 3 millions de produits disponibles.

  • 200 millions de visiteurs par an
  • 6 à 8 millions de visiteurs uniques par mois
  • 750 partenaires marchands
  • 423 M € de volume d'affaires en 2012, dont 310 M € de CA pour le high-tech

Source : Rue Du Commerce

L'objectif est de se distinguer par rapport à une concurrence de plus en plus agressive. « Nos concurrents font entrer des partenaires par dizaines de milliers, note son président, Albert Malaquin. Amazon a pris le parti pris de l'exhaustivité, PriceMinister veut rassembler tous les petits e-commerçants et Cdiscount les acteurs du déstockage. Notre modèle est plus sélectif. Nous allons travailler avec 500 à 1 000 marchands et nous appuyer sur des enseignes issues du monde physique et reconnues comme des références dans chaque univers de notre centre commercial digital. » Avec, pour ces dernières, la possibilité de bénéficier d'un trafic qualifié, d'une expertise sur les métiers du web, et d'un univers qualitatif et valorisant. Parmi les 30 enseignes physiques qu'il a déjà signées, King Jouet sera le partenaire privilégié dans le domaine du jouet. « Nous avons beaucoup de boutiques dans les centres commerciaux Altaréa avec qui nous partageons des valeurs de proximité et d'expertise, explique Sébastien Pingault, directeur marketing de l'enseigne. Le rapprochement s'est donc fait de façon naturelle. C'est un partenariat exclusif. Nous n'irons pas ailleurs car nous privilégions l'expérience d'achat au volume. » Parmi les autres enseignes signées, on trouve Éveil et Jeux Oxybul (jouet), Dunlopillo, Whirlpool (maison), Dyson (électroménager), Weber, Bricorama (jardin), Teddy Smith, Paquetage (mode) ou encore le Repaire de Bacchus (gastronomie). Et une cinquantaine d'autres sont en cours de négociation.

Seul le high-tech sera opéré par Rue du Commerce en direct. « Il reste la locomotive, puisque nous réalisons encore 70% du volume d'affaires sur ce secteur », précise Albert Malaquin. Avec toutefois la volonté de réduire sa part pour arriver d'ici à 2015 à un volume d'affaires de 800 millions d'euros répartis de façon équitable entre le high-tech et la market place.

 

« Expérience shopping »

Les clients bénéficieront, de leur côté, de conseils personnalisés, de garanties sur les délais de livraison, de facilités de paiement, ou encore de services sur mesure, comme pour l'installation d'un PC. Ils pourront acheter et être livrés où ils le souhaitent, via les applications sous Android, iPhone ou iPad. Et d'autres services sont à venir en synergie avec les centres commerciaux. « À la mi-décembre de nouvelles expériences shopping seront annoncées », promet Albert Malaquin, qui espère remonter dans le top 5 en termes de trafic d'ici à 2015.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2297

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA