Marchés

Russie, Portugal, Lettonie: dernières ramifications de l’affaire de la viande de cheval

|

La cargaison en cause en Russie, de 20 tonnes concerne des saucisses de type Frankfurter, censées être constituées uniquement de porc. Au Portugal, ce sont 79 tonnes de produits à base de viande de bœuf qui ont été saisies. Enfin, des traces de viande de cheval ont été détectées dans des plats cuisinés produits en Lettonie sans qu'il en soit fait mention.  

Landhof

Les autorités sanitaires russes ont annoncé avoir identifié de la viande de cheval dans des saucisses de porc importées d'Autriche, entraînant la Russie dans ce scandale qui touche désormais la plus grande partie du territoire européen mais aussi l'Asie et les Caraïbes. La cargaison en cause en Russie, de 20 tonnes, concerne des saucisses de type Frankfurter, censées être constituées uniquement de porc. Testées elles ont révélé non seulement la présence de cheval, mais aussi du boeuf et du poulet. L'entreprise autrichienne en cause, Landhof est basée à Linz, dans le nord du pays. Elle a été retirée de la liste des sociétés autorisées à importer de la viande en Russie et la marchandise en cause sera soit détruite, soit retournée au fournisseur.

Cheval "non déclaré" au Portugal

Au Portugal, les autorités ont saisi mercredi 79 tonnes de produits à base de viande de boeuf contenant de la viande de cheval non déclarée et cinq procédures pour fraude ont été ouvertes. Les saisies ont été réalisées dans des "établissements industriels de préparation, emballage et distribution de produits à base de viande aux grandes surfaces", a précisé l'Autorité pour la sécurité alimentaire et économique (ASAE) dans un communiqué sur son site internet.

Cheval non étiquetté en Lettonie

Enfin, des tests effectués en Allemagne ont révélé la présence de viande de cheval dans des produits de la société lettone Forevers Ltd, a indiqué L'Office alimentaire et vétérinaire (PVD). Au cours des douze derniers mois, Forevers a reçu de la viande de 203 chevaux sur les 416 abattus en Lettonie, mais aucun de ses produits n'a été étiqueté en tant que viande de cheval.

Et pendant ce temps, Ikea étend ses retraits

Ajoutons encore à cette « gangrène » le fait que le géant du meuble Ikea a retiré de nouveaux produits de ses rayons après avoir reçu pour la première fois des résultats positifs à la viande chevaline dans certaines de ses spécialités culinaires. Sont concernés les hot-dogs en France, en Espagne, en Grande-Bretagne, en Irlande et au Portugal et deux plats typiques en Suède: les wallenbergare (un steak haché amélioré) et le kaalpudding (un gratin de choux à la viande hachée).
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA