Marchés

[Saga] Henkel, un groupe allemand à l'appétit de géant

|

La société familiale, qui vient de fêter ses 140 ans, a toujours misé sur la croissance externe et a fortement investi dans l’Hexagone.

Diadermine - Henkel

Le Chat, Mir, Super Croix… Si le nom de Henkel ne parle pas forcément au grand public en France, ses marques bénéficient en revanche d’une forte notoriété car beaucoup sont nées dans l’Hexagone. Créée en 1876 par Fritz Henkel (en photo) et deux associés, l’entreprise allemande a tout d’abord commercialisé un détergent pour textile puis, deux ans plus tard, une soude blanchissante. Tout en innovant sur le soin du linge, Henkel diversifie vite ses activités grâce à la croissance externe. Par exemple, la division Beauty Care débute par un investissement dans les savons Dreiring-Werke, en 1924. Une société dont Henkel acquiert l’intégralité des parts en 1953, après s’être offert les capillaires Therachemie en 1950. Le rachat de Schwarzkopf en juillet 1995 permet à la division Beauty Care de doubler son chiffre d’affaires. En France, la reprise marquante est celle des cosmétiques Bonetti (Diadermine) dans les années 1980 par laquelle le groupe allemand entre sur le marché du soin.

Au cours de cette décennie, Henkel s’offre également de nombreuses marques françaises d’entretien : celles de Solitaire (Miror, Decap’four) ainsi que Mir, Bref et Super Croix à Lesieur Cotelle. La reprise des activités de l’Union générale de savonnerie (Le Chat) a été très importante pour le développement de la filiale en France. En effet, en soin du linge, Henkel n’a cessé d’innover depuis la création de la lessive Persil, en 1907.

Innovations et acquisitions

Mais en France et au Royaume-Uni, Persil est une marque qui appartient à Unilever. Il était donc impossible pour Henkel de commercialiser ses lessives dans ces deux pays jusqu’au rachat de la marque au félin. C’est sous Le Chat donc qu’Henkel propose ses innovations au marché français avec, en 1989, la première lessive sans phosphate. Sous l’impulsion du groupe allemand, toutes ces marques sont devenues des acteurs importants du marché local de l’entretien. Des réussites qui ont poussé Henkel à poursuivre les investissements en France. En 2014, le groupe a ainsi racheté Spotless (Eau écarlate, K2r, Décolor Stop, Vigor…). Les divisions Beauty Care et Laundry & Home Care ne sont pas les seules à avoir bénéficié des acquisitions françaises. Ainsi en 1990, la branche Adhesive Technologies a étoffé son offre avec le spécialiste de l’étanchéité Rubson. Mais rendons à César ce qui est à César : pour cette activité, le rachat majeur a été celui de l’américain Loctite en 1997.

Les trois fers de lance Persil/Le Chat, Schwarzkopf et Loctite ont généré environ 6 Mrds € des 18,1 Mrds € du chiffre d’affaires mondial réalisé par Henkel en 2015. Le groupe, dont une majorité du capital est toujours familial, poursuit sa stratégie par l’innovation et la croissance externe. Ainsi, en France, la lessive concentrée Le Chat en autodoseur a été l’un des meilleurs lancements de 2015. Et, en juin, Henkel est devenu le numéro deux aux États-Unis sur les lessives avec le rachat de The Sun Products Corporation.

En dates

  • 1876 : création de Henkel & Cie à Aix-la-Chapelle.
  • 1878 : déménagement à Düsseldorf.
  • 1907 : sortie de la première lessive Persil.
  • 1922 : début de la production de colles.
  • 1924 : première incursion dans la beauté.
  • 1985 : entrée en Bourse.

En chiffres

  • 18,1 Mrds € de chiffre d’affaires en 2015
  • 50 000 salariés à travers le monde
  • 170 sites de production

 Source : Henkel 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message