Sainsbury’s teste le premier camion frigorifique fonctionnant aux fluides naturels

|

Carrier Tansicold a conçu une remorque produisant du froid à partir de CO2, un réfrigérant naturel, qui se substitue aux gaz HFC. Ces derniers, largement utilisés dans la grande distribution alimentaire, sont dans le collimateur de l’Europe, en raison de leur fort potentiel de réchauffement global.

Le camion produit du froid à partir de CO2, un fluide naturel.
Le camion produit du froid à partir de CO2, un fluide naturel.

Grande première mondiale pour Sainsbury’s. Le numéro 3 de la distribution britannique teste en effet une remorque frigorifique révolutionnaire sur le plan environnemental, en partenariat avec le frigoriste Carrier Transicold. Cette remorque utilise en effet un réfrigérant naturel, le CO2, en lieu et place des gaz HFC.

Largement utilisés dans la distribution alimentaire, dans les meubles froids ou le transport frigorifique, ces gaz HFC affichent un potentiel d’émission de gaz à effet de serre désastreux en termes d’émission de CO2, qui les place dans la ligne de mire des autorités européennes, qui souhaitent les bannir à horizon 2020. Le bilan carbone du CO 2 est de 1 kilo de CO 2 pour 1 kilo de gaz, tandis que 1 kilo de HFC peut émettre jusqu'à 3 750 kilos de CO2 en cas de fuite ! En France, la possibilité d’une taxe sur les fluides frigorigènes n’est pas encore totalement exclue, même si la "menace" semble s’éloigner.

Les gaz nocifs progressivement bannis dans les magasins de l'enseigne

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la remise à plat, par Sainsbury’s, de son utilisation de gaz réfrigérant pour le transport et de ses efforts visant à réduire son impact environnemental, lesquels incluent l’adoption d’un mode de réfrigération naturelle par l’ensemble de ses magasins d’ici 2030. En France, plusieurs enseignes ont franchi le pas des gaz "propres", notamment un hypermarché Carrefour ou un indépendant Leclerc.

Sainsbury’s a été le premier distributeur britannique à prendre de lui-même l’engagement d’arrêter l’utilisation des fluides frigorigènes HFC. Après la conversion de ses entrepôts à la réfrigération au CO2 en 2011, 160 magasins ont déjà adopté ce mode de réfrigération naturelle, et Sainsbury’s devrait avoir réalisé la transition pour 250 de ses magasins d’ici 2014.

70 000 tonnes de CO2 en jeu

Aujourd’hui, chaque nouveau magasin recourt automatiquement à ce mode de réfrigération, qui a également été adopté par sa supérette de Haslucks Green Road à Solihull, faisant de celle-ci le commerce de proximité le plus respectueux de l’environnement en Grande-Bretagne.

Nick Davies, Directeur du transport chez Sainsbury’s, s’en réjouit: "Cette nouvelle technologie de réfrigération a beaucoup moins d’impact sur l’environnement et nous espérons qu’elle nous aidera à réduire nos émissions de carbone. Nous surveillerons de près ses résultats et, s’ils sont probants, nous pourrons mettre en oeuvre notre plan de renouvellement de notre flotte de camions et réduire ainsi de plus de 70.000 tonnes nos émissions de CO2."

Sainsbury’s va tester pendant deux ans, avec Carrier Transicold, cette nouvelle technologie de refroidissement sans HFC, adaptée au transport routier des produits frais et surgelés. Dans le détail, celle-ci s’appuie sur une version modifiée du système de réfrigération NaturaLINE, que Carrier avait initialement mis au point pour les conteneurs de haute mer et qui a fait l’objet en 2012 d’un programme complet d’essais en mer. 

Réduire l'empreinte globale de l'enseigne

Le distributeur affiche par la même occasion sa volonté de réduire l’impact environnemental de son activité sur un nouveau terrain. Dernièrement, l’enseigne avait élargi sa flotte biocarburant à 51 véhicules, permettant de réduire jusqu’à 25% les émissions de carbone (soit plus de 2.090 tonnes de CO2).

Cette flotte écologique, l’une des plus importantes de Grande-Bretagne, utilise un mélange de diesel et de biométhane, produit à partir de la putréfaction de matières organiques dans les décharges. L’utilisation de chacun de ces véhicules permettra de réduire les émissions d’environ 41 tonnes de CO2 par an. En France, Carrefour a fait encore mieux en lançant un test de camion 100% biométhane, et en produisant ce gaz à partir des biodéchets de ses magasins.

Dans le cadre de son programme de développement durable "20x20", Sainsbury’s entend plus largement réduire les émissions de CO2 produites par le transport de marchandises entre ses entrepôts et ses magasins de 35% d’ici 2020, et parvenir à une réduction absolue de 50% d’ici 2030 par rapport au taux de référence de 2005, malgré la croissance de ses activités.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des équipements et technologies pour le magasin et de la supply chain des distributeurs.

Ne plus voir ce message