Saint-Alban : 120 millions pour une relance

· L'alliance belgo-néerlandaise Sunco-Winters relance l'activité de la Société des Eaux de Saint-Alban (Loire). · En intervenant sur le double front des eaux gazeuses et des soft-drinks.

C'est une nouveauté qui a valeur de symbole. Placée en redressement judiciaire il y a trois ans et vouée alors à la disparition, la Société des Eaux minérales de Saint-Alban, rebaptisée depuis Saint-Alban Boissons, refait parler d'elle avec le lancement de la première boîte de 33 cl d'eau minérale naturelle gazeuse, un emballage 100% recyclable. Proposée en pack de 6 en GMS dès cette rentrée, elle sera vendue moins de 10 F soit un bon franc de moins - l'exemple n'est pas fortuit - que sa principale concurrente, Perrier, jusque-là seule sur le créneau. « Les acheteurs de la grande distribution ont horreur du vide, commente le PDG, Jean Kleiber, qui parle en connaissance de cause (il vient tout droit de chez Genty Cathiard). L'accueil déjà favorable réservé à ce produit devrait permettre à la marque de sortir de sa région d'origine. » Objectif en année 1 : autour de 30 millions de boîtes, avec un effet boomerang attendu sur la bouteille en PET de 1,25 l.

Lourds investissements

Cette innovation n'est que l'un des éléments d'une renaissance qui dépasse le cadre initial de l'eau minérale et de la source Saint-Alban. Reprise en main mi-1995 par un duo de choc composé du groupe hollandais Winters, poids lourd européen du soft-drink en boîte (700 millions d'unités par an), et du belge Sunco, pour sa part spécialiste de la bouteille en PET (130 millions d'unités par an), la société sise à l'ouest de Roanne voit maintenant son champ d'action s'élargir aux boissons rafraîchissantes sans alcool.

De deux manières : la fourniture de marques de distributeurs à l'échelle européenne (Carrefour, Intermarché, Aldi sont déjà clients) et le copacking, autrement dit le conditionnement et l'étiquetage pour le compte de tiers, et non des moindres. Un contrat d'une durée de six ans portant sur 800 millions de litres a ainsi été signé avec Pepsi Cola (marques Pepsi et 7 Up).

Pour soutenir la diversification, les nouveaux propriétaires n'ont pas lésiné sur les moyens : plus de 120 millions de francs ont été injectés dans la rénovation de l'outil industriel, désormais l'un des plus performants du Vieux Continent. Jean Kleiber a, dès lors, beau jeu d'envisager l'avenir avec sérénité. « Nous passerons la vitesse supérieure en 1998 », prévoit-il en évoquant les discussions du moment avec les responsables de grandes enseignes. Et de fixer pour la fin de l'année prochaine un objectif chiffre d'affaires de 200 millions, soit le double de 1997. Saint-Alban sauvée des eaux, c'est aujourd'hui chose (presque) faite.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1553

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message