Saint Mamet veut rebondir en adoptant le modèle "Zara"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le leader des fruits en conserve Saint Mamet a annoncé un nouveau plan de développement après son récent rachat par Florac. Il vise 20% de croissance par an sur 5 ans.

Matthieu Lambeaux, Pdg de Saint Mamet et Thierry Meynier de Salinelles, président de Conserve Gard qui fournit Saint Mamet en fruits.
Matthieu Lambeaux, Pdg de Saint Mamet et Thierry Meynier de Salinelles, président de Conserve Gard qui fournit Saint Mamet en fruits.© Saint Mamet

"Il faut sauver Saint Mamet", c’est en substance le message que s’efforce de faire passer Matthieu Lambeaux, son nouveau président, ex Directeur général de Findus, devenu leader en Europe du sud sous sa présidence. Aujourd’hui une partie de l’ancienne équipe de Findus l’a rejoint dans cette nouvelle aventure qui s’avère des plus périlleuses compte tenu de la guerre des prix et de hausse des matières premières. Car Saint Mamet, racheté le 1er octobre dernier par Florac et le management à Conserve Italia, pour un montant tenu secret, est virtuellement en faillite. "La société qui génère 100 M€ de CA a enregistré 4 millions de pertes sur la dernière année et totalise 35M€ de stocks", indique Matthieu Lambeaux. En l’absence d’une valorisation des produits et d’une véritable gestion, pénalisée par le cours du dollars et de l’ananas, la société a bu la tasse.

Un modèle à la "Zara" avec 40 innovations par an

Pour sortir la tête de l’eau, la nouvelle équipe dirigeante a décidé de se diversifier et d’en finir avec la catégorie "fruits au sirop", rebaptisée "fruits en morceaux". "Nous voulons créer 20% de croissance dans cette nouvelle catégorie avec des produits de snacking (Berlingos) et des salades de fruits dont le lancement a débuté l’an dernier, explique Matthieu Lambeaux. Notre objectif est de suivre le modèle Zara avec près de 40 innovations par an en grandes et moyennes surfaces et dans la restauration hors foyer". En 2016, ce sont ainsi 18 produits qui seront lancés en GMS avec notamment des compotes en gourde sous licence l’Age de glace dont le 5ème film sortira au cinéma en juillet 2016. Autre axe, le local et le durable avec de nouvelles plantations de vergers, de l’agriculture raisonnée, et peut-être bio. Avec une mise en avant sur les packagings des méthodes durables et du savoir-faire des 150 arboriculteurs réunis au sein de la coopérative agricole Conserve Gard qui fournit contractuellement Saint Mamet en fruits (poires, pêches, cerises, prunes, coings, pommes). "Le fruit transformé a un avenir dans le distribution, se réjouit Thierry Meynier de Salinelles, président de Conserve Gard. Nous sommes en phase avec le discours actuel de la société et les exigences de qualité et de traçabilité des consommateurs. L’histoire était mal écrite chez St Mamet. Il faut révolutionner l’entreprise sur le plan industriel mais sur le plan agronomique, nous sommes déjà performants. Je suis heureux d’être adossé à des gens qui ont des réflexions nouvelles et des moyens financiers".

Un plan à 5 ans de 15 millions d’euros

Enfin, la marque a choisi de se valoriser avec le développement d’une gamme premium de fruits au sirop, en commençant par l’ananas à compter du 1er janvier 2016 et qui sera aussi déclinée dans une collection spécifique "grand arôme" en bocal de verre. Matthieu Lambeaux vise l’équilibre fin 2016. "Cela suppose d’arrêter de vendre à perte, prévient-il. Nous allons offrir des packages de création de valeur aux distributeurs avec lesquels nous espérons des discussions positives". Le site, lui, sera refondu avec un plan à 5 ans de 15 millions d’euros qui permettra d’intégrer de nouvelles technologies et de l’automatisation, sans plan de réduction d’effectifs.  "Nous avons la chance d’avoir une vraie histoire, insiste Matthieu Lambeaux. Saint Mamet c’est l’anti-gadget. Dans cette région martyrisée, nous avons un devoir de réussite".

1 commentaire

Incognito

12/07/2016 10h29 - Incognito

Nous avons essayé pour la première fois des tranches d'ananas en boite de la marque Saint Mamet et le minimum que l'on puisse dire c'est que ça n'avait aucun gout et quand nous disons aucun gout c'est vraiment aucun gout.A croire même que le jus de l'ananas avait été remplacé par de l'eau dans la boite. St Mamet une fois mais pas deux,désolé.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA