Saint-Paul-lès-Romans conforte son commerce non alimentaire

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dans les cartons depuis plus de dix ans, le projet d'aménagement d'un centre commercial à Saint-Paul-lès-Romans, dans la Drôme, refait surface. Appuyé cette fois-ci par l'ensemble des acteurs de la communauté de communes, le Parc Saint-Paul verra le jour au printemps 2014.

 L'implantation du parc devrait rétablir les flux commerciaux entre Valence et les communes alentour.
L'implantation du parc devrait rétablir les flux commerciaux entre Valence et les communes alentour. © DR

Quelque 27 000 m2 de commerce pour 2 000 habitants. À première vue, le projet de centre commercial de Saint-Paul-lès-Romans, dans la Drôme, peut paraître démesuré. Pourtant, l'ensemble des protagonistes assurent que ce nouvel équipement est l'unique solution pour juguler l'évasion commerciale de la zone de chalandise (environ 145 000 habitants à moins de vingt minutes en voiture) vers Valence. Situé en bordure de la RN 92 (15 000 véhicules/jour) à seulement dix minutes de Romans-sur-Isère, sur un axe commercial fort comprenant déjà les enseignes Leclerc, La Halle, Gifi, But, King Jouet, Orchestra et Feu vert, le futur centre commercial Parc Saint-Paul prévoit l'implantation d'une trentaine de moyennes surfaces et de boutiques dédiées au bricolage, à l'équipement de la personne et de la maison, aux loisirs et services.

Attractivité renforcée
« Déjà 60 % du programme sont commercialisés », assure Maurice Bansay, PDG d'Apsys, promoteur du projet. En effet, la locomotive sera un Bricomarché déjà existant, qui réalise une opération de transfert-agrandissement pour passer de 1 500 à 6 500 m2. Son attractivité sera renforcée par plusieurs autres enseignes : Gemo, Chaussea, Centrakor, Bureau Vallée, La Halle aux sports, Le Monde du Sommeil, Générale d'Optique, Zeeman...

Mais pourquoi implanter 27 000 m2 de commerces alors que Romans-sur-Isère, toute proche, affiche déjà un très fort taux d'occupation avec le centre Marques Avenue ? Parce que le non-alimentaire sur cette zone souffre d'une très faible densité commerciale. En effet, selon, la chambre de commerce et d'industrie de Valence, la zone qui regroupe Romans-sur-Isère, Bourg-de-Péage et Saint-Paul-lès-Romans comptabilise, en 2011, 45 000 m2 de surfaces non alimentaires, soit une densité commerciale de 385 m2 pour 1 000 habitants, alors que la moyenne départementale est de 867 m2 pour 1 000 habitants. Les ménages résidant sur le secteur Romans, Bourg-de-Péage, Saint-Paul effectuent 63 % de leurs achats non alimentaires dans l'une de ces trois communes. Mais, l'évasion commerciale reste forte, en particulier, à destination de Valence, où le Plateau des Couleurs capte 12 % des achats non alimentaires des évadés.

Afficher sa différence
L'arrivée du Parc Saint-Paul au printemps 2014 devrait donc permettre de rétablir l'équilibre des flux commerciaux entre Valence et les communes plus petites alentour. Pour afficher sa différence, le Parc Saint-Paul jouera la carte du développement durable. Le centre commercial vise une certification Breeam Very Good ainsi que le label Valorpark grâce à un impact environnemental réduit. Par exemple, 30 % de sa surface seront végétalisés et sa consommation en énergie réduite de 25 % par rapport à un centre commercial classique.

Parc Saint-Paul en bref

  • Démarrage du chantier Début 2013
  • Ouverture Printemps 2014
  • Surface 27 000 m2
  • Enseignes Bricomarché, Gemo, Chaussea, Bureau Vallée, la Halle aux Sport, Zeeman...
  • 5 restaurants
  • Investissement 30 M E
  • Création d'emploi 150 durant la phase de travaux, 250 durant la phase d'exploitation

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2257

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA