Sainte Lucie veut faire rentrer le thé premium en GMS

|

La PME Sainte Lucie, spécialiste des épices et des aides aux desserts, relance sa marque La Maison du Thé en GMS. Avec une large gamme de thés premium dont la moitié bio.

Des recettes originales pour des thés haut de gamme.
Des recettes originales pour des thés haut de gamme.© Sainte Lucie

"La Maison du Thé est une marque qui était en sommeil dans notre portefeuille depuis les années 1900", confie Alexandra Lattaignant qui, depuis 2008, détient, avec son frère Jérémy et son père Joseph Bourget, la majorité des parts de Sainte Lucie, société spécialisée dans les aides aux desserts et les épices. Ensemble ils ont décidé de réveiller cette belle endormie avec la volonté d’offrir une offre premium de thé en GMS. "Nous ciblons le haut de gamme avec des références qu’on trouve rarement en GMS comme un thé blanc, un thé bleu ou un maté détox, reprend Alexandra Lattaignant. Nous avons aussi déposé un brevet sur un thé au rhum, un Rooibos rhum orange". Si les thés sont sourcés chez un brokers en Allemagne, Sainte Lucie mise sur son expertise en matière de sélection et surtout de mélanges qu’elle a développé dans les épices et des recettes innovantes. "Sainte Lucie est né en 1885 comme importateur de vanille de Madagascar. Notre thé à l’extrait de vanille est le fruit d’un millier de dégustations. Il nous a fallu deux ans de travail pour trouver le bon assortiment".

Une offre large et à plus de 50% bio

L’offre est composée de 28 variétés (noir, blanc, vert, Oolong, Rooibos…) de thés et d’infusions 100% naturels, dont plus de la moitié sont labellisés bio est proposée en boîte carton de 15 sachets ou en boîte métallique. Les packagings s’illustrent par leur originalité avec une charte graphique moderne, des illustrations signées de la graphiste Caroline Taconet, et des informations sur le produit et la société ainsi que sur ses engagements en matière de durabilité. La vente se fera à travers un meuble dédié, à l’instar des autres produits commercialisés par Sainte Lucie qui annonce avoir déjà signé avec plusieurs distributeurs. "Notre objectif est de commencer à pénétrer le marché en faisant reconnaître la qualité de nos produits. Puis de monter progressivement en puissance pour bien gérer la croissance et faire en sorte d’éviter les ruptures dans nos meubles", explique Alexandra Lattaignant qui mise sur la force de vente externalisée de 69 personnes de Sainte Lucie et espère aussi bientôt commercialiser la gamme sur le site marchand en cours de finalisation. Sur le plan industriel, cette diversification s’est traduite par un investissement dans un nouveau mélangeur sur son site de Gouvieux dans l’Oise où seront conditionnés les thés de la société qui a généré un chiffre d’affaires en hausse de 5% à 24,3 millions d’euros sur le dernier exercice clos à fin juin 2017. Le conditionnement des aides aux desserts de la PME a été transféré, de son côté, dans une nouvelle usine de conditionnement de 4500 m2 que la société vient d’inaugurer à Creil (60).

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter