Saison festive 2015 : les premiers chiffres du foie gras dévoilés

|

Dans le Sud-Ouest de la France, l’heure n’est pas à la fête. D’ici le début du mois d’avril 2016, plus aucun canard ne sera présent dans les élevages, et cela jusqu’à la reprise de la production programmée pour la mi-août, tel que le prévoit le plan d’éradication de l’épizootie d’influenza aviaire. C’est dans ce contexte morose que les premiers chiffres de la saison festive 2015 ont été dévoilés ce mercredi 20 janvier à l’initiative de la marque Delpeyrat.

Au cours de la saison festive qui s’étend sur les 12 dernières semaines de l’année 2015, le marché du foie gras en grande distribution se révèle stable tant en volume qu’en valeur (-0,1%). «Les attentats du 13  novembre 2015 ont du jour au lendemain fortement impacté les ventes en hypermarchés. Vu le contexte, le foie gras affiche plutôt une belle résistance », indique Dominique Duprat, directeur général adjoint de Delpeyrat. De fait, c’est au cours des deux  dernières semaines de l’année que les industriels du foie gras ont réalisé 41% des ventes de la saison. Le pic des ventes est donc toujours plus tardif puisqu’en 2014, ce pourcentage n’était que de 38%  et même de 33% en 2013. Le poids de la promotion est quant à lui toujours plus fort. Il a concerné pendant la saison festive 2015 81% des volumes du mi cuit (versus 80% lors de la saison précédente) et 69% des volumes du foie en conserve (versus 67% la saison précédente). Parmi les produits festifs, le foie gras est de loin la catégorie qui fait l’objet du plus fort taux de promotion. « La question de l’intérêt de la promotion dans de tels volumes pour un produit gastronomique de luxe mérite d’être posée », commente Philippe Carré, directeur général de MVVH, holding dans lequel sont regroupés Comtesse du Barry, Delpeyrat et Delmas.

Une chose est sûre,  en pleine négociations commerciales,  les marques, s’appuyant sur les chiffres des panels, cherchent à se montrer sous leurs meilleurs jours et se lancent dans une véritable bataille de chiffres. L’enjeu est de taille. Il faut convaincre –et rassurer !- les distributeurs sur les performances réalisées et celles à venir. Delpeyrat a donc ouvert le bal ce mercredi 20 janvier à l’occasion d’un point presse présentant les chiffres du panel Iri sur un périmètre hypermarchés et supermarchés de la période P11 à la période P13, soit les 12 dernières semaines de l’année 2015.

A marque, alors que le marché est en volume à -0,1%, Delpeyrat s’affiche désormais comme le numéro deux du foie gras avec une part de marché de 12,7% contre 11,7% l’année précédente et des ventes en progression de 8,1%. Sur un périmètre fabricant, cette place de numéro deux est encore plus marquée puisque Delpeyrat détient une part de marché de 14,8%  contre 14,2% l’année précédente. Le numéro un du marché, Labeyrie conforte ses positions avec une part de marché en volume  de 20% au cours de la saison à marque, et de 20,6% en tant que fabricant. Ses ventes progressent de 3,7% en volume (et de 4,3% MDD comprises). Au coude à coude avec Delpeyrat, Montfort est numéro trois en volume (12,2% de part de marché), mais reste numéro deux en valeur (13,8% contre 13,5% pour Delpeyrat). La petite marque qui monte est incontestablement Larnaudie, numéro 4 du marché avec des ventes qui ont progressé de 12,7% en volume au cours de la saison et une part de marché de 8,7%, également en progression par rapport à la saison précédente (7,7%).

Sur le marché du mi cuit (0,1% en volume), Delpeyrat a enregistré une progression de ses ventes de 13% en volume, soit la plus forte progression du marché. La marque détient 11,5% de part de marché et réalise désormais 375 tonnes de mi cuit. La marque est ainsi numéro trois du marché, derrière Labeyrie 21,5% de part de marché et des ventes en hausse de 2%) et Montfort (13,7% de PDM volume et des ventes en volume en recul de 7,9%). Larnaudie détient sur le mi cuit une part de marché de 6,9% et enregistre une progression de ses ventes de 5,2%.

A l’épicerie, Delpeyrat qui réalise 133 tonnes détient historiquement le leadership du foie gras en conserve (18,1% de parts de marché). Ses ventes sont néanmoins en recul (-3,9%), alors que celles de Labeyrie et de Larnaudie progressent respectivement de 24,6% et de 29,5%.  

Au cours de la saison, l’effet sablier du marché s’est accentué. L’entier pèse désormais 44% des volumes, le bloc morceau 33% et le bloc 23%.

Les résultats du marché seront au cours des prochains jours analysés par les autres marques nationales. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message