Salaires du CAC 40 : Georges Plassat (Carrefour), mieux payé que Franck Riboud (Danone), mais moins que Jean-Paul Agon (L’Oréal)

|

Les salaires des patrons du CAC 40 sont en hausse de 10% en moyenne, selon l'étude réalisée par Facta pour La Tribune, qui publie le palmarès des rémunérations des dirigeants. Combien gagnent les PDG de Carrefour, Danone ou Pernod Ricard ? Voici le classement complet.

Georges Plassat, PDG de Carrefour, occupe la deuxième place du  palmarès des rémunérations des dirigeants avec 3,697 millions d'euros en 2014.
Georges Plassat, PDG de Carrefour, occupe la deuxième place du palmarès des rémunérations des dirigeants avec 3,697 millions d'euros en 2014.© © Pierre Vassal

En recul depuis 2011, les salaires des patrons du CAC 40, principal indice boursier de Paris, progressent en 2014 selon l'étude réalisée par Facta pour La Tribune, publiée mardi 28 avril 2015 les chiffres de 2014. Le trio de tête est composé de Jean-Paul Agon (L’Oréal), Georges Plassat (Carrefour) et Thomas Enders (Airbus). Le total des salaires des patrons des groupes du CAC 40 (fixe et variable) atteint 153 millions d'euros, en augmentation de 10,1%. "L’augmentation est plus modérée s’agissant des rémunérations fixes, souvent stables d’un exercice sur l’autre, et même des rémunérations variables. Pour ces deux composantes réunies, la hausse est de seulement 5,2% en 2014", nuance l'étude. C'est davantage l'attribution d’actions et d’options qui explique cette augmentation. 

Rémunération en baisse pour Pierre Pringuet (Pernod Ricard)

Avec une rémunération fixe + variable de 3,96 millions d'euros, Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, occupe la première place du classement des salaires des patrons du CAC 40. En deuxième, Georges Plassat, PDG de Carrefour, avec 3,697 millions d'euros. Une rémunération légèrement en-deçà de 2013. Thomas Enders chez Airbus occupe la troisième place grâce à un variable qui augmente de 1,47 à 1,9 million d'euros. Suivent Bernard Arnault (LVMH), Carlos Ghosn (Renault) et Franck Riboud (Danone). Le classement change lorsque l'on considère le package de rémunération.

Le salaire de Franck Riboud (Danone) est passé de 1,05 million d'euros en 2013 à 1,287 million d'euros. A l’inverse, certains patrons à l’instar de Pierre Pringuet, ex-directeur général de Pernod Ricard, ont vu leur rémunération variable au titre de 2013-2014 arrêtée à 624 635 euros, contre 860 200 l'an passé et 1,6 million en 2011-2012. A noter que la plus faible rémunération est perçue par Henri Proglio, ex-PDG d’EDF, avec 400 000 euros. Une dernière place qui s’explique d’une part par le plafonnement des salaires des patrons des entreprises publiques (450 000 euros).

Les rémunérations des patrons du CAC

Classement

Société

Dirigeant

Package total

Variation 2014 / 2013

Fixe dû en 2014 (10)

Variable dû en 2014

Valeur des options et actions attribuées en 2014

1 L'Oréal Jean-Paul Agon 8 143 200 -3% 2 200 000 1 760 000 4 183 200
2 ArcelorMittal (2) (3) Lakshmi Mittal 4 907 220 41% 1 530 768 1 583 667 1 792 784
3 Carrefour Georges Plassat 3 697 500 -1% 1 500 000 2 197 500 0
4 Capgemini Paul Hermelin 4 086 678 16% 1 452 000 1 168 652 1 466 026
5 Airbus (2) Thomas Enders 4 738 779 11% 1 400 004 1 939 000 1 399 775
6 GDF Suez Gérard Mestrallet 3 452 330 21% 1 400 000 379 830 1 672 500
7 Société générale Frédéric Oudéa 3 099 267 -10% 1 300 000 948 767 850 500
8 Danone Franck Riboud (5) (6) 6 070 688 39% 1 287 500 2 269 688 2 513 500
9 BNP Paribas Jean-Laurent Bonnafé (6) 2 781 200 -18% 1 250 000 1 531 200 0
10 Renault Carlos Ghosn (6) 7 161 571 174% 1 230 000 1 814 250 4 117 321
11 Total Christophe de Margerie (5) 4 857 098 -7% 1 208 219 1 505 199 2 143 680
12 Alcatel-Lucent Michel Combes 4 029 800 40% 1 200 000 804 000 2 025 800
13 Alstom (1) Patrick Kron 2 950 300 -11% 1 200 000 1 034 000 716 300
14 Pernod Ricard (1) Pierre Pringuet 2 593 955 32% 1 127 500 624 635 841 820
15 Air Liquide Benoît Potier 4 452 150 -2% 1 100 000 1 734 150 1 618 000
16 Michelin Jean-Dominique Senard 1 850 037 -12% 1 100 000 750 037 0
17 Saint-Gobain Pierre-André de Chalendar 3 521 900 -6% 1 100 000 1 178 100 1 243 800
18 Kering François-Henri Pinault (6) 5 315 642 39% 1 099 996 4 215 646 0
19 LVMH Bernard Arnault 6 180 945 -22% 1 069 126 2 200 000 2 911 819
20 Sanofi Christopher Viehbacher (5) 8 252 720 -5% 1 040 870 1 338 750 5 873 100
21 Solvay (2) Jean-Pierre Clamadieu (7) 4 100 000 14% 1 000 000 1 500 000 1 600 000
22 Lafarge Bruno Lafont (6) 3 105 000 -2% 975 000 1 407 000 723 000
23 Vinci Xavier Huillard 3 247 350 30% 971 111 1 233 228 1 043 011
24 Axa Henri de Castries (6) 5 383 752 1% 950 000 2 577 459 1 856 293
25 Schneider Electric Jean-Pascal Tricoire (9) 5 619 980 19% 950 000 1 500 000 3 169 980
26 Bouygues Martin Bouygues 1 673 204 82% 920 000 753 204 0
27 Crédit Agricole Jean-Paul Chifflet (6) 1 887 000 -4% 900 000 987 000 0
28 Orange Stéphane Richard 1 318 711 11% 900 000 418 711 0
29 Technip Thierry Pilenko 1 984 608 -51% 900 000 1 084 608 0
30 Valeo Jacques Aschenbroich 3 015 000 0% 900 000 1 215 000 900 000
31 Veolia Antoine Frérot (8) 2 107 113 18% 900 000 1 207 113 0
32 Vivendi Arnaud de Puyfontaine (5) 3 895 500 -2% 900 000 1 282 500 1 713 000
33 Unibail-Rodamco Christophe Cuvillier 2 304 972 8% 850 504 962 099 492 369
34 Accor Sébastien Bazin (4) 3 874 188 269% 850 000 1 369 188 1 655 000
35 Gemalto (2) Olivier Piou (7) 7 230 437 49% 815 000 714 687 5 700 750
36 Essilor Hubert Sagnières 3 544 000 12% 800 000 1 178 400 1 565 600
37 Safran Jean-Paul Herteman 1 576 800 3% 730 000 846 800 0
38 Legrand Gilles Schnepp (6) 1 760 508 -9% 625 000 1 135 508 0
39 EDF Henri Proglio (5) 402 632 -11% 402 632 0 0
40 Publicis Maurice Lévy 2 833 333 -37% 0 2 833 333 0

(1) sociétés à exercice décalé (2) : sociétés de droit étranger ne suivant pas le cadre du document de référence AMF et/ou le code Afep/Medef (3) : société publiant ses comptes en US dollars. Taux de conversion utilisé : 1 EUR = 1,20985 USD au 31/12/2014. (4) : dirigeant qui n'était pas présent en 2013 sur tout ou partie de l'exercice (5) : dirigeant qui n'a pas été présent en 2014 sur une partie de l'exercice, ou bien dans une autre fonction (6) : le variable peut inclure des plans conditionnels et/ou pluriannuels dont la valorisation est indiquée (7) : des versements au titre de retraites obligatoires, indiqués dans les rémunérations en application d'un droit étranger, ne sont pas prises en compte (8) : des plans d'actions / d'options sont indiqués sans être valorisés (9) : des versements exceptionnels sont effectués pour compenser la suppression d'un régime de retraite, mais ne sont pas pris en compte ici (10) : hors jetons de présence et avantages en nature.
Les rémunérations prises en compte sont présentées selon les catégories prévues par le code Afep/Medef et l’AMF, lorsque cette information est disponible (presque toujours le cas pour les 36 sociétés de droit français de l’échantillon) : rémunération fixe due / versée, rémunération variable due / versée, jetons de présence, avantages en nature, valeur des options et actions attribuées. Toutefois, pour les totalisations présentées, ne sont conservées que les rémunérations fixes et variables d’une part, les options et actions attribuées d’autre part.

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message