Salaires : La réévaluation du Smic déjà critiquée

|

La rédaction vous conseille

Attendue par les uns, décriée par les autres, la hausse du salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) au 1er juillet, qui devait être annoncée le 26 juin, soulève déjà la polémique. Cette revalorisation, de l'ordre de 2%, déçoit en premier lieu les syndicats. Si certains estiment que « c'est toujours bon à prendre », d'autres crient à la trahison : « Un premier faux pas » pour FO, pour qui « le coup de pouce n'atteindrait que 0,1 à 0,4%, si on enlève la part correspondant à la hausse obligatoire suivant l'inflation ». D'autres, notamment un groupe d'experts sur le Smic, d'audience libérale, émettent un avis négatif sur ce coup de pouce. « Une hausse du Smic a pour effet de baisser le nombre d'emplois proposés par les entreprises. » 20 000 emplois peu qualifiés seraient ainsi sur la sellette, estiment ces détracteurs. Jacques Creyssel, président de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD), pointe, lui, le renchérissement du coût du travail. « 1% de hausse du Smic entraîne pour le secteur un surcoût de 100 M €, et a un impact sur les salaires légèrement supérieurs, par un effet d'ajustement. Or, 78% des salariés du secteur ont un salaire situé dans une fourchette de 1 à 1,6 Smic. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2235

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous