Marchés

Salon Fruit Logistica: "Il faut d'abord se démarquer par le beau, puis se différencier par le goût"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Un spécialiste de la création variétale revient sur les succès et les exigences des consommateurs français concernant l'offre de pommes de terre.

Trois questions à Thierry Terouanne, directeur marketing de Germicopa, spécialisée dans la création variétale de pommes de terre

LSA-L’offre de pommes de terre a beaucoup évolué sur le marché français?

Thierry Terouanne : Depuis 25 ans, la révolution a été de laver la pomme de terre et de travailler un packaging autour du produit pour la grande distribution. La bintje, qui était la variété la plus commercialisée alors, a ainsi été détrônée par l’agata car elle n’était vraiment pas présentable après lavage. L’agata (variété hollandaise, NDLR) n’a rien de particulier au niveau gustatif mais elle a su s’imposer par son aspect. Aujourd’hui, tous les acteurs sont parvenus à faire du beau, qui était la clé pour se démarquer, le levier de différenciation va donc se faire aujourd'hui au niveau gustatif.

LSA-Quelles sont les nouvelles variétés à venir ?

T. T. : Les principales attentes consommateurs, c’est une petite pomme de terre à chair ferme qui tient à la cuisson, et la facilité d’épluchage pour les gros calibres. Parmi les créations que nous testons actuellement, nous avons une variété de vitelotte plus moderne, qui n’a pas encore de nom. Sa peau noire et sa chair violette devraient séduire les consommateurs.

LSA-Les variétés de pommes de terre abondent, comment se différencier en magasin ?

T. T. : Le meilleur exemple de réussite c’est Princesse Amandine. 12 conditionneurs se sont réunis sous cette marque et ils cotisent à l’association Princesse Amandine qui a été créée pour financer des campagnes de communication. La démarche a été compliquée à mettre en place mais l’objectif de + 10 à +15% de progression annuelle des ventes est atteint, nous visons 50.000 tonnes vendues pour 2015. Tous vendent leur produit sous le logo fushia et vert « Princesse Amandine » qui est la marque commune. Le retour des chefs de rayons en grandes surfaces est très bon: d’après une étude réalisée par l’association, 88 % des 320 chefs de rayon questionnés estiment que les opérations commerciales rendent la marque dynamique, et 61% d'entre eux pensent que c’est une variété plébiscitée par les consommateurs. (Etude Sopexa)

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA