Sara Lee recentrée pour mieux évoluer

|

Le processus de recentrage de Sara Lee s'achève. Le groupe ne conserve que les pôles thé-café, charcuterie aux États-Unis et boulangerie dans certains pays.

La fin de la deuxième phase de cessions

2005 Vente des activités textile (Dim, Wonderbra, Playtex) au fonds Sun Capital Partners et des marques de charcuterie Aoste, Justin Bridou, Cochonou, Nobre à Smithfields Foods pour 485 M €.

2010 Ventes des marques de boulangerie aux États-Unis au groupe Bimbo pour 738 M € et des activités entretien et soin de la personne. Procter et Gamble rachète les désodorisants Ambi Pur pour 320 M €, Unilever les produits d'hygiène pour 1,21 Mrd €, SC Johnson les insecticides et les produits de chaussures pour 398,5 M €. Godrej Consumer Products reprend la coentreprise indienne d'insecticides Godrej Sara Lee pour 185 M €. Les détergents White King et Janola sont cédés à Symes pour 37,9 M €.

Avec la vente des insecticides et produits d'entretien pour chaussures, annoncée le 31 décembre, Sara Lee a fini de faire son ménage. Le groupe américain s'est séparé en 2010 des activités entretien et soin de la personne, ainsi que de la boulangerie fraîche aux États-Unis. Lui restent le café et le thé (en France : Maison du Café, L'Or, Senseo), la charcuterie aux États-Unis et la boulangerie dans certains pays (Croustipâte). « Nous avons annoncé ou bouclé les transactions pour pratiquement toutes nos activités de produits domestiques et d'hygiène. Nous sommes ravis d'approcher la fin du processus, et nous continuons à nous concentrer sur notre coeur de métier dans les viandes et le café », souligne Marcel Smits, directeur général par intérim de Sara Lee, à ce poste depuis l'accident cardio-vasculaire de Brenda Barnes survenu l'été dernier.

 

Des acquéreurs potentiels

« Le modèle des conglomérats a fonctionné dans les pays matures jusque dans les années 1990. Il faut avoir une taille critique sur les différents marchés sur lesquels on opère pour réussir à concurrencer les MDD et le hard-discount », analyse le consultant Philippe Jaegy, vice-président de Solving Efeso. Sur les marchés où Sara Lee n'était pas leader, les cessions s'imposaient. Les repreneurs des entités cédées sont d'ailleurs pour la plupart des « stars » de leurs secteurs. Unilever, en rachetant la branche entretien et soin de la personne, accentue sa position de numéro un sur certaines catégories, Procter et Gamble se renforce avec les désodorisants et SC Johnson, avec les insecticides et les produits pour chaussures, conforte sa place sur le segment de l'entretien.

En 2010, le groupe a annoncé quelque 2,9 Mrds € de cessions d'actifs. Avec ce cash, Sara Lee « pourrait procéder à des acquisitions de challengers ou d'outsiders dans certains secteurs comme le café, pour consolider les marchés sur lesquels le groupe opère », ajoute Philippe Jaegy. Le processus, qui devrait être achevé courant 2011, ouvrirait ainsi une nouvelle ère au groupe. « Un mouvement de cession bien orchestré est normalement suivi d'acquisitions, donc on peut imaginer des annonces dans le courant de l'année. D'ailleurs, s'il n'y a pas d'efforts faits à ce niveau-là, le groupe risque de s'affaiblir », commente Jean-Daniel Pick, associé en charge de la grande consommation chez OC&C Strategy Consultants.

2011 va donc être riche en événements, d'autant que des rumeurs courent sur un éventuel rachat du groupe. Sara Lee a rejeté une offre de reprise du brésilien JBS en décembre. Mais une éventuelle séparation des activités viande et café pourrait avoir lieu. Le conseil d'administration pense se décider d'ici à fin janvier sur cette scission. Dernier rebondissement : un consortium de fonds (ApolloGlobal Management, Bain Capital et TPG Capital) se serait rapproché de la firme valorisée à 11 Mrds $, pour un rachat dans le cadre d'un LBO. Le groupe, à la recherche d'un nouveau président pour remplacer Brenda Barnes, reste en devenir.

 

Le chiffre

Le chiffre d'affaires estimé de Sara Lee fin 2010, hors boulangerie fraîche aux États-Unis, entretien et les soins de la personne récemment cédés, soit environ 6,5 Mrds €

Source : Sara Lee

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2164

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous