SAV 3D, MOOC… Castorama met un pied dans l’économie collaborative et circulaire

|

La tendance est au partage des savoirs et au recyclage plutôt qu’à la consommation effrénée. Castorama prend le train en marche avec des services comme l’impression 3D et des cours ouverts à tous, dont les contours restent toutefois à définir.

De nouveaux services vont apparaître, en phase avec les attentes actuelles
De nouveaux services vont apparaître, en phase avec les attentes actuelles© Kingfisher

Effet de mode ou conviction profonde ? Alors que le modèle économique actuel basé sur la croissance et la progression des achats tous azimuts est grippé, Castorama a dévoilé plusieurs initiatives pour « prendre un rôle actif dans la construction d’un nouveau mode de consommation », lors du Oui Share Fest 2014, qui rassemblait les acteurs de l'économie collaborative (voir ci dessous l'intervention de Véronique Laury, directrice générale de Castorama France). Ce vœu pieu repose sur la facilitation des échanges et des partages de connaissance dans la communauté des bricoleurs, histoire que l’enseigne participe à sa manière à l’économie collaborative et circulaire. Plusieurs initiatives doivent prendre forme, avec la création d’un « Wikipédia des Bricoleurs » pour rendre accessible librement, à l’image de l’encyclopédie en ligne Wikipedia, les tutoriels, expériences, gestes et notices liées au bricolage dont dispose Castorama. Le service des Troc’heures, existant depuis 3 ans et permettant d’échanger entre particuliers des heures de bricolage (trois heures de peinture contre trois heures de papier peint par exemple) viendra en complément de cette base de données virtuelle. Pour que la communauté en ligne se rencontre « in real life », Castorama veut organiser des réunions ouvertes ou les bricoleurs pourront partager leurs projets et expériences dans des BarCamp, sur le principe d’ateliers. La prise en compte des questionnements de la clientèle est un sujet chaud. Il y a quelques mois, Leroy Merlin, principal concurrent de Castorama en France, a d’ailleurs refondu l’organisation de sa communauté en ligne et de ses forums, très fréquentés, pour améliorer la fréquentation d’Entre vous, son forum d’entraide des bricoleurs passionnés qui compte à ce jour plus de 53 000 sujets.

 

Impression en 3D de pièces détachées

 

Plus intéressant, et surprenant de la part d’une enseigne commerçante, Castorama va donner des leçons… ou plutôt va se lancer « dans l'enseignement à distance en proposant une série de MOOC », pour dispenser  des formations dans des domaines « aussi variés que la menuiserie ou la décoration ». Les Moocs (de l’anglais massive open online course) sont des cours donnés sur internet, ouverts à tous et généralement gratuits, qui permettent à tout un chacun d’accéder à un savoir donné. Puisque l’heure est aux nouvelles technologies, l’impression 3D n’a pas été oubliée. « Pour aller dans le sens d’un monde où l'on répare plutôt que l'on jette, l’enseigne lancera un programme de "SAV 3D", où il sera possible d'imprimer en 3D les pièces détachées des produits achetés en magasin. Une promesse très intéressante, mais dont les contours sont encore trop flous pour savoir si elle présentera un intérêt réel. Le parallèle est d’ailleurs immanquable entre Castorama et Leroy Merlin, le dernier cité déployant peu à peu des fablab (atelier de fabrication) en mettant à disposition tous les outils pour créer soi même des objets : découpeuse laser, imprimante 3D). Chacun, à sa manière, entend permettre à ses clients ou aux individus de reprendre la main sur le processus de création…en les accompagnant autant que possible.

 

Ouishare Fest 2014 Veronique Laury CEO Castorama (Source : french startup mutines)

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message